Les Peltier Autour du Monde

Vivre ses rêves plutôt que rêver sa vie


8 Commentaires

28 janvier 2014 : bilan Nouvelle Calédonie

Voilà, encore une page qui se ferme et une nouvelle qui s’ouvre. Au revoir (adieu ?) la Nouvelle Calédonie et bonjour la Nouvelle Zélande.

De façon certaine, la Nouvelle Calédonie est le plus beau pays que nous ayons vu jusqu’à présent. Ses montagnes sont sublimes, ses couleurs exceptionnelles et cette île propose certaines des plus belles plages du monde, même si, bizarrement, nous y baigner ne nous attirait pas trop …

Au niveau du timing, il nous aura manqué une semaine pour que ce soit parfait. Avoir 4 semaines nous aurait permis de prendre notre temps et de passer deux nuits dans chaque endroit lors de notre tour de l’île. Nous aurions ainsi pu pouvoir profiter à chaque fois de tout ce qu’il y avait dans les environs. Avec un stop d’une seule nuit, nous avons « seulement » pu acquérir une bonne vision générale de l’île. Mais il faut se rappeler que la Nouvelle Calédonie n’avait pas été initialement prévue dans notre tour du monde et nous l’avons rajoutée au dernier moment en bougeant tant bien que mal notre planning.
Moralité pour les prochains voyages : mieux vaut faire bien que vouloir faire trop.

Visiter le pays en gîte coute cher mais nous a permis de faire de belles rencontres et, au travers de longues discussions, de mieux comprendre l’histoire de ce pays.

C’est un pays à très gros potentiel touristique car il y en a pour tous les goûts : paysages, plages, randonnées, farniente, sport, etc. Mais ce pays n’est pas suffisamment développé et il manque encore beaucoup d’infrastructures nécessaires pour ce développement touristique. Ainsi, en dehors de Nouméa, il est quasi-impossible de trouver un restaurant, les gites sont vieillissants et rarement remis au goût du jour.
Mais est-ce aussi nécessaire car la Calédonie est une destination lointaine et la plupart des « touristes » rencontrés sont des parents venus voir leurs enfants installés sur place. Nous avons très rarement croisés des touristes venus ici spontanément.

Pour ceux qui voudraient y venir, il peut être important / intéressant de passer un peu de temps à comprendre son histoire, à la fois fascinante et terrible car ce fut à l’origine exclusivement une terre de drames. A la fois pour le peuple kanak auquel on a « volé » la terre mais aussi pour les milliers de français qui venaient y passer des années de bagne pour un exil la plupart du temps définitif.

La vie est très chère, même plus chère que l’Australie.

Pour la météo, mieux vaut éviter le mois de janvier qui est réputé pour être le mois des cyclones. Nous n’aurons eu qu’une tempête tropicale mais le temps n’aura pas été top.

Nous sommes vraiment content d’être venu ici car nous avons appris énormément de choses et surtout nous en avons pris plein les yeux mais la Nouvelle restera aussi pour nous l’étape des rendez-vous manqués et nous n’avons pas pu en profiter comme nous le pensions d’autant plus que la météo n’a pas été clémente avec nous.
La Nouvelle Calédonie aura aussi été le pays qui nous aura donné le plus de fil à retordre : annulation d’avion, impossibilité de prendre certaines routes, tempête tropicale, etc. J’avoue également qu’avant de venir, et après avoir fait des lectures sur certains forums, je suis malheureusement venu avec une petite appréhension et, sans aucune raison valable, elle sera restée jusqu’au bout. A l’inverse, Isabelle s’est de suite sentie très bien et très à l’aise.

Comme il est de tradition désormais, notre top du pays :
– Isabelle et Marc : la beauté et la diversité des paysages
– Yann et Chloé : le petit oiseau (!!) et la baie des citrons
Deux dernières infos en passant :

– sur l’origine du nom : « Le 4 septembre 1774, l’enseigne de vaisseau James Colnett aperçoit à l’horizon une terre inconnue. Il se trouve à bord du bâtiment commandé par le navigateur et explorateur anglais James Cook. Cook baptise cette terre New Caledonia en l’honneur de l’Écosse. En effet, on dit que l’aspect des côtes lui aurait rappelé cette région de Grande-Bretagne, dont le père de Cook est originaire. (Caledonia est l’ancien nom latin de la province correspondant à l’Écosse britannique). Source wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle-Cal%C3%A9donie#Histoire

– il y a en Nouvelle Calédonie une très nombreuse population d’origine Lorraine, surtout dans l’est de l’île. C’est « à cause » de la guerre de 1870. Lorsque l’Allemagne victorieuse a annexé l’Alsace et la Lorraine, de nombreuses familles lorraines ont préféré s’exiler ici.

Et maintenant, destination Auckland !!!


4 Commentaires

26 – 27 janvier 2014 : retour à Nouméa


Nouméa – Anse Vata

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/5973057927872263425?authkey=CMfAyu-6m5vNPA

Dimanche 26 janvier. Le beau temps n’aura pas duré très longtemps, il a de nouveau plu abondamment toute la nuit. Au moins, nous n’aurons – presque – aucun regret de quitter cette île paradisiaque. S’il doit en rester un, ce sera celui de ne pas avoir pu en profiter au maximum mais heureusement, la superbe journée d’hier nous aura permis de faire la plus belle des excursions.

Peu avant notre départ du gîte, le soleil semble vouloir pointer le bout du nez mais d’après les prévisions, il ne tiendra pas la journée …

De l’avion, la vue est splendide. Partout des îlots émergent de la mer et proposent des couleurs dignes des plus belles cartes postales. En arrivant à l’aéroport domestique de Nouméa, du nom de Magenta, nous cherchons désespérément un taxi mais non seulement nous sommes en Calédonie (!!) mais en plus c’est dimanche. Un appel à notre hôtel permettra de résoudre le problème rapidement et de rencontrer une « femme-taxi » vraiment étonnante. Personnellement, je suis soulagé d’être revenu sur la « grande terre ».

Nous arrivons à notre hôtel qui est en fait un appart’hotel. Et là nous découvrons que nous sommes dans un deux pièces très spacieux et réagissons comme des touristes en manque d’un peu de confort : « ouah, super, génial, on reste combien de temps ? » !! C’est vrai que c’est moins typique que notre bungalow mais tellement plus confortable et surtout sans un taux d’humidité de 99% !!
Nous en profitons pour vider les valises, tout laver et préparer notre départ de mardi.

Et puis, cet appartement dispose d’un objet très spécial : il a des toilettes lavantes !!! Le siège a, sur le côté, un certain nombre de boutons qui permettent : de chauffer le siège, de déclencher un petit jet, de l’orienter là où il faut (!!), d’en régler la température et puis, cerise sur le gâteau, de sécher le tout grâce à un vent chaud !!!! Les enfants s’éclatent à l’utiliser. J’ai aussi testé et j’avoue que le premier jet est un peu perturbant car comme pour l’OM, c’est droit au but !!

Lundi 27 janvier. Journée tranquille, depuis hier soir, Isa est patraque, elle n’a pas digéré du tout le « Quick » du midi. La journée passe donc tout doucement et chacun vaque à ses occupations pendant qu’Isa se repose. Ce soir, nous retournons au gîte le tour du monde.


La plus haute montagne de l’île des pins : 262 mètres !!

L’île des pins vue de l’avion.


Quelles couleurs !!!


Des îlots sublimes.


Et que dire de çà ?


Cool la vie !!


L’anse Vata.


Poster un commentaire

25 janvier 2014 : l’ile des Pins


Piscine Naturelle – Baie d’Oro – Ile des Pins

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/5972701515477463537?authkey=CILnxdSU-7rIyAE

Que c’est bon de retrouver le soleil !!! Il se sera fait attendre mais aujourd’hui, en manque, nous en avons bien profité !!

A notre réveil, s’il ne pleut plus, il y a par contre beaucoup de vent. Nous mettons le nez dehors et constatons qu’il y a encore des nuages mais aussi des coins de ciel bleu. L’excursion, que nous avions annulée la veille, est donc possible aujourd’hui. Il faut même en profiter !!

C’est donc aux aurores (7h30 !!) que nous prenons une navette qui nous amène là où sont ancrés des bateaux traditionnels à balancier. Et c’est parti pour une « croisière » d’une bonne heure et demie. La plupart du temps, la traversée se fait à la voile et c’est vraiment une ambiance plus agréable : pas de bruit, pas d’odeurs de gazole, juste le clapotis des vagues sur le bateau.

Le soleil semble définitivement revenu et c’est le pied  !! Nous profitons du beau temps et du paysage. De nouveau, de ci de là, des rochers émergent dont ne sait où et nous font penser aux images du sud-est asiatique.

Le « capitaine » nous dépose en bord de plage. Il nous faut rejoindre l’autre côté de l’île en marchant et, ça tombe bien, les randonnées – grandes ou petites – sont devenues un de nos passe-temps préférés depuis notre départ. La ballade durera environ 45 minutes sur un chemin peu large et nous permet de traverser une forêt tropicale dans une chaleur extrêmement moite car le sol est encore tout détrempé des dernières pluies. Nous admirons les arbres, surtout les banians, mais tout en regardant où nous mettons les pieds car le sol est loin d’être plat avec énormément de racines et des roches.

Encore un peu d’effort et nous arriverons à l’objectif de la journée : la « piscine naturelle ».

Nous traversons un bras de mer, marchons encore un petit peu et arrivons dans un endroit de rêve : l’eau est turquoise, le sable fin et au fond, de l’autre côté de la baie, nous voyons des vagues venir se briser sur les roches protectrices de ce petit paradis. L’attraction du lieu se trouve aussi au fond de l’eau avec la possibilité d’observer des poissons. Encore une fois, nous allons faire nos « blasés » car si le spectacle est beau, c’est incomparable avec ce que nous avons vu en Polynésie Française. Mais nous ne faisons pas la fine bouche et profitons à fond de cet endroit de rêve.

Une nouvelle fois, notre chemin croise celui de la sympathique famille bretonne et nous passons tous ensemble l’après-midi au bord de l’eau.

Vers 15 heures, il faut rentrer et mettre les enfants au travail.


Enfin du beau temps !!


Un peu partout, des roches émergent de l’eau.


Balade dans la forêt tropicale.


Nous sommes bientôt arrivés à la « piscine naturelle ».


C’est çà la vie !!


Les crabes du coin.


2 Commentaires

24 janvier 2014 : journée pluvieuse à l’île des pins


Baie de Kanuméra – Ile des Pins

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/5972343270439019649?authkey=CJPx1-Px1Jv1aA

Il a plu toute la nuit et il continue de pleuvoir ce matin à notre réveil. Avec dépit, nous annulons l’excursion « pirogue » que nous avions prévue pour aujourd’hui …

Cependant, une accalmie se profile en milieu de matinée et nous en profitons avec Isabelle pour aller nous promener un peu et prendre des photos de la sublime baie de Kanuméra qui se trouve juste à côté de notre gîte. Mais s’il ne pleut plus, la couverture nuageuse reste bien présente et nous cache le soleil. C’est vraiment dommage car l’endroit est sublime : la plage est belle, le sable est très fin, très blanc et l’eau doit être turquoise. Nous remontons tranquillement la plage jusqu’à un énorme rocher (complètement à droite sur la photo du haut) qui émerge de l’eau et qu’il ne faut sous aucun prétexte escalader car il est sacré pour la tribu locale.

Nous poursuivons un peu notre marche et arrivons rapidement sur la seconde baie, la baie de Kuto. Superbe aussi mais un peu moins que la précédente.

Sur le chemin du retour, nous traversons une forêt ayant des arbres aux formes étranges. Ils nous font penser à des arbres « magiques » avec leurs longues branches qui s’entremêlent. Il y a aussi, et c’est très étonnant un arbre dans un arbre (cf photo). Malheureusement, la pluie recommence à tomber et nous avons juste le temps de rentrer au bungalow avant qu’il ne se mette à pleuvoir comme « vache qui pisse ». Cette averse va non seulement redoubler mais surtout durer toute la journée …

Cette nouvelle journée pourrie nous achève, nous décidons alors d’écourter notre séjour et réservons un vol pour dimanche matin. C’est, à notre sens, la meilleure décision car la météo des prochains jours n’est guère réjouissante (excepté demain apparemment) mais surtout la grève des transports semble se confirmer, des vols sont d’ores et déjà annulés dès lundi et nous ne voulons surtout pas louper notre vol de mardi pour la Nouvelle Zélande.

Ce sera donc une journée – presque – pour rien passée dans le bungalow. L’après-midi, les enfants font leurs devoirs, nous fignolons notre prochain parcours en Nouvelle Zélande et, surprise, la famille bretonne rencontrée tout au nord, vient nous faire un petit coucou.


Une forêt assez étonnante.


L’arbre dans l’arbre.


6 Commentaires

22 – 23 janvier 2014 : l’île des Pins

20140124_104337
Baie de Kuto -Ile des Pins

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/5971886708703674977?authkey=CNfL9rbSi8isKQ

Mercredi 22 janvier.
Nous quittons Poé ce matin non sans avoir fait un détour sur sa plage inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco car il fait beau et le soleil va enfin nous permettre de voir les véritables couleurs de la mer à cet endroit. Et nous ne sommes pas déçus car la mer est splendide avec son lagon turquoise et ses différentes nuances de couleurs.

Mais nous ne nous attardons pas car il y a de la route à faire. La route vers Nouméa se déroule sans imprévus et nous arrivons à l’aéroport de Magenta largement dans les délais. Mais juste avant, avec Yanou, nous nous offrons un petit plaisir simple : aller chez le coiffeur !! Cela fait près de dix jours que j’attends ce moment, et je vais enfin pouvoir retrouver un look convenable car, encore quelques jours, et je me retrouvais avec un look à la « LMFAO » !!
Arrivés à l’aéroport, nous y apprenons qu’un préavis de grève a été déposé pour toute la semaine prochaine … notre vol retour a d’ailleurs déjà été un peu décalé. Nous espérons pouvoir rentrer lundi comme prévu car dès mardi matin, nous devons prendre notre vol pour la Nouvelle Zélande.
Le vol vers l’île des pins dure un peu mois de 25 mn et nous y atterrissons en fin d’après-midi … sous la pluie. Un peu démoralisés, nous apprenons en plus que la météo des prochains jours n’est pas très encourageante. Décidemment, nous jouons de malchance car après un mois de décembre exceptionnel, le mois de janvier est plutôt « pourri ».

Jeudi 23 janvier.
Il a plu toute la nuit (et même un peu dans le bungalow !!). Moralité, ce matin, le moral est encore un peu plus « dans les chaussettes » car nous sommes sur une des plus belles îles du monde et nous ne savons pas si nous allons pouvoir voir le soleil avant d’en partir … Pour couronner le tout, tous nos habits sont non seulement humides mais à cause de la très forte humidité, ils prennent tous une sale odeur …

En fin de matinée, profitant d’une courte éclaircie, avec Isa, nous partons en vélo faire quelques courses à l’épicerie la plus proche. Eh cela nous a rappelé la Polynésie !! Beaucoup de conserves, peu de frais et parfois des dates de péremption dépassées … je sens qu’on va manger beaucoup de pâtes cette semaine !!

Finalement, il aura plu quasiment toute la journée et cela a même redoublé à partir de 17 heures. Dans des conditions pas vraiment évidentes (cf photo), les enfants ont quand même bien travaillé.

Demain sera un autre jour.

En planifiant, notre voyage, nous savions que janvier était un mois charnière entre la belle saison et la saison humide mais nous avions espéré un petit décalage. Manifestement, ce ne sera pas pour cette année …


La plage de Poé sous le soleil.


La même.

Cette fois-ci, nous avons pu prendre notre vol.


Il faut parfois travailler dans des conditions pas évidentes …


7 Commentaires

21 janvier 2014 : Roches de Linderalique


Les roches de Lindéralique – Hienghiène

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/5971887557934561777?authkey=CLTm-LD_wpGkrQE

Aujourd’hui, nous allons entamer notre retour vers Nouméa où nous devons prendre mercredi l’avion pour l’île des Pins (enfin, on l’espère !!). Mais avant de prendre la route, nous avons une excursion au programme. Jean, notre guide local, vient nous chercher à 8h30 et nous commençons par une belle balade dans la forêt où Jean nous fait partager sa connaissance des plantes, des fleurs et des fruits. La forêt Calédonienne en est très riche et permet à ses habitants de se nourrir juste en tendant la main.

Après une bonne demi-heure de marche, nous arrivons en bord de mer et montons tous sur un bateau. Jean nous emmène alors au travers d’un bras de mer intérieur pour nous faire découvrir les roches de Lindéralique, des formations de roches en calcaire magnifiques et qui, pour certaines d’entre-elles prennent des forment que notre imaginaire nous aide à deviner : un éléphant, un hippocampe, un cheval, un lion et … un pendu !!! En cours de traversée, une averse soudaine se met à tomber et nous nous réfugions quelques instants le long de la falaise. Pas trop rassurés quand même car la roche semble vraiment très friable. Le paysage est une nouvelle fois splendide et, par moment, on se croirait presque en Asie du Sud-Est type baie d’Along ou Koh Phi Phi !!

Mais toutes les bonnes choses ont une fin et en début d’après-midi, il nous faut partir vers le sud pour une étape d’un peu plus de 200 km. Pour changer de la route aller, nous décidons de descendre un peu plus vers le sud et d’aller chercher la traversière de Houailou. Nous passons alors les villes de Pondimié, Ponérihouen et Houailou, des villes sans grand charme.
La route transversale entre Houailou et Bourail est aussi moins spectaculaire que la précédente car elle évite la plupart des cols. Elle est par contre constellée de nids de poule qu’il est parfois impossible d’éviter, d’autant plus qu’il pleut à verse …

Arrivés à Poé en fin d’après-midi, et après deux jours de pause, nous remettons les enfants au travail.

Petit aparté sur la « société kanak », très surprenante pour des métropolitains comme nous.
– Les kanaks sont organisés en tribu, avec, à sa tête, un chef qui s’assure du respect des lois et des coutumes. La règle de base, c’est que l’individu ne compte pas en tant que tel, c’est la notion de groupe qui domine.

– La coutume la plus déroutante, c’est celle de l’adoption. Si un couple n’arrive pas à avoir un enfant, il est habituel qu’un membre de sa famille, généralement un frère ou une sœur, lui donne un nouveau-né !! Ceci est tout à fait normal dans la culture kanak. C’est aussi le cas si un couple n’a que des filles car, chez eux, c’est le « garçon » qui compte, un couple peut donc se voir donner un garçon après avoir eu deux ou trois filles …

– Le droit calédonien est très spécial car à côté du droit « normal » comme il existe chez nous, il existe aussi un droit coutumier uniquement transmis par oral. Et dans les tribunaux, deux juges siègent ensemble, le juge « normal » qui se réfère aux codes (civil, commercial,…) et le juge « coutumier » qui lui, a la connaissance des traditions.

– L’alcool fait des ravages. A tel point qu’il est interdit de vendre de la bière fraiche et de vendre de l’alcool les mercredis après-midi et du vendredi après-midi au dimanche soir. Cependant, un marché noir s’est développé pour contourner ces interdictions. Les jeunes boivent plus que raisonnable et la Calédonie détient le record de morts par habitants sur les routes … Il nous a d’ailleurs été fortement déconseillé de conduire la nuit. De nombreux drames arrivent également sous l’emprise de l’alcool.

– Lorsque des étrangers veulent aller dans une tribu, il faut faire « la coutume ». C’est à dire qu’en arrivant, il faut aller voir le chef et lui offrir un morceau de tissu de 3 mètres dans lequel on glisse un billet de 1.000 francs pacifiques (environ 10 euros). Parfois, on ajoute des cigarettes et des allumettes. Plus qu’un cadeau, c’est une façon de créer un lien avec leurs ancêtres. Et c’est seulement après avoir eu l’accord du chef qu’il est possible de rester.

Il était prévu que nous passions une nuit en tribu mais cela n’a malheureusement pas été possible, celle que nous avions choisie étant injoignable … Cela restera un petit regret.


Découverte de la forêt.


Qui a vu l’éléphant ?


Les kanaks ont été convertis par des missionnaires. Une église comme il en existe des centaines ici.


Les rochers de Lindéralique.


Certains y voient une tête de lion.


Nouvelle Calédonie ou Asie du Sud Est ?


Les cimétières sont toujours extrêmement fleuris.


2 Commentaires

20 janvier 2014 : Hienghiène


La « poule » de Hienghiène

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/5971889508039294497?authkey=CPePluaJ5dXc3QE

Les tracas continuent !! Au cours du repas d’hier soir, nous apprenons par hasard que le bac, qu’il faut impérativement prendre sur la fin du parcours pour pouvoir traverser la rivière et accéder à notre prochaine étape, Hienghiène, ne fonctionne plus car suite à la tempête tropicale, le câble s’est rompu. Et cela change beaucoup de choses car avec le bac, nous aurions fait une étape de 122 km avec de nombreux sites remarquables, dont notamment la cascade de Tio. Mais comme c’est impossible, c’est désormais une étape de plus de 300 km qu’il faut faire avec quelques beaux points de vue mais rien de plus … Dommage.

Nous repartons de bonne heure ce matin et reprenons donc la même route qu’à l’aller. La première moitié de la route nous mène jusqu’à Koné où nous ferons la pause déjeuner et le plein d’essence, et comme toujours en Nouvelle Calédonie, c’est à un employé de la station qu’il revient de remplir le réservoir. Ensuite, nous empruntons une route transversale pour passer de la côte ouest à la côte est. Cette route emprunte quelques « cols » et quelques points de vue superbes sont aménagés. Nous nous arrêtons à chacun d’eux pour prendre des photos et profiter une fois de plus d’un spectacle extraordinaire proposé par la nature.

Nous arrivons en fin d’après-midi au Koulnoué Hôtel qui est en fait l’ancien Club Med, donc situé dans un site magnifique. Les installations ont été bien entretenues et notre bungalow donne directement sur la plage. Comme les enfants en ont assez de la voiture, nous les laissons s’amuser sur la plage et partons voir la principale attraction du coin : la poule de Hienghiène. En fait de poule, c’est un rocher fait de calcaire qui en a la forme. Nous arrivons par hasard au point de vue qui permet de la photographier car rien n’est indiqué.
Ensuite, nous décidons de partir vers le bac qui nous a empêché de faire le trajet prévu juste pour voir. Tout au long de la route, nous nous extasions devant la beauté des paysages. Après environ 25 km, nous y arrivons et le « chauffeur » du bac nous fait signe comme si nous pouvions monter dessus …

Depuis le début de notre tour de Calédonie, nous avons vu pléthores de beaux paysages mais c’est vraiment sur cette partie de la côte que l’île est la plus belle.

A notre retour, Chloé et Yann jouent toujours sur la plage et ont construit une magnifique cabane !! Le soir, diner très sympa avec une famille de bretons déjà rencontrés la veille à Poingam.


Paysage néo calédonien.


Paysage néo calédonien.


Paysage néo calédonien.


Une case kanak.


On se sert et on paie !!


Côte est.


Obélix serait-il passé par là ?


La poule de Hienghiène.


Le bac.


Paysage néo calédonien.


La cabane des enfants.