Les Peltier Autour du Monde

Vivre ses rêves plutôt que rêver sa vie


2 Commentaires

30 juin 2014 : Bilan Malaisie

La Malaisie, c’est fini !!! Place désormais à la dernière étape de notre périple : la Thaïlande.

De la Malaisie, nous retiendrons principalement les moments passés à Bornéo en immersion dans une nature luxuriante à découvrir et observer des animaux extraordinaires dans leur milieu naturel : singes nasiques, orangs outans, calaos bariolés, éléphants pygmées … mais nous n’oublierons pas non plus le sublime quartier historique de Malacca.

Nous retiendrons aussi que la Malaisie, et notamment Kuala Lumpur, est le paradis du shopping. On y trouve de tout dans ses innombrables centres commerciaux. Tous les produits originaux sont à des prix de trois fois à cinq inférieurs à ceux que nous connaissons en Europe. Et je n’oublie pas les copies des grandes marques négociables à des prix encore plus bas qu’en Thaïlande.

La nourriture est conforme à tout ce que l’on peut trouver en Asie, à savoir que la base de l’alimentation reste le riz. Néanmoins, dans la plupart des grandes villes, de très nombreux restaurants proposent des plats occidentaux, principalement pizza et pâtes mais ces plats sont trois fois plus chers que les locaux.

Au niveau du budget, si tout est un peu plus cher que dans les précédentes destinations asiatiques, le niveau de vie est encore vraiment très intéressant. Selon les plats, un repas à 4 peut varier de 100 à 400 ringgits (soit entre 25 et 80 euros). Pour le reste, difficile de détailler car nos deux dernières destinations, nous les avons planifiées avec deux agences de voyage et avons payé un forfait.

Mais de cette balade en Malaisie, il restera néanmoins une pointe de déception car ce pays n’a pas été aussi « prenant » que toutes nos précédentes destinations. Mis à part quelques quartiers à Malacca ou encore Penang, nous n’y avons pas trouvé l’authenticité qu’il peut y avoir dans d’autres pays asiatiques tels Bali ou encore évidemment le Sulawesi qui nous a tant marqué. Ce pays est sur la voie de la modernité mais, du coup, il semble aussi perdre un peu de son âme.

Ce qui nous a beaucoup surpris, c’est l’importance de la communauté chinoise. Dans certains quartiers, voire certaines villes, mieux vaut parler le mandarin ou le cantonais pour se faire comprendre !!

La Malaisie est un pays où il est relativement simple de se déplacer par soi-même au volant d’une voiture : les routes sont belles mais la signalisation pourrait être améliorée, seules les villes proches sont généralement indiquées, un GPS semble indispensable.

La plupart des Malaisiens parlent anglais mais il est parfois difficile de savoir s’ils ont vraiment compris car, et cela nous est arrivé de nombreuses fois, nos interlocuteurs nous disent « oui » ou « ok » mais manifestement sans avoir rien compris …

Notre périple nous aura permis d’avoir une bonne vision générale du pays, il ne nous aura juste manqué qu’un séjour sur une de ses iles paradisiaques telles Langkawi ou encore Perenthian.

De l’avis général, les meilleurs moments passés dans ce pays auront été :
– le parc national de Bako et la possibilité d’observer les singes, notamment nasiques, au plus proche.
– le refuge de Sepilok et ses orangs outans.
– les balades sur le fleuve Kinabatangan en plein cœur de la forêt de Bornéo et l’observation des animaux dans leur milieu naturel.
– le splendide quartier historique de Malacca.

Au niveau de notre tour du monde, on sent que les enfants n’attendent plus qu’une chose, c’est le retour en France. Il n’y a plus le même entrain qu’au cours des 10 premiers mois. De notre côté, nous avons « vécu » le retour de deux couples croisés en chemin et tous sont unanimes, il ne faut pas trop penser au retour et profiter à fond des derniers instants.

Ce sera notre programme pour les trois prochaines – et dernières – semaines.

La photo traditionnelle en plein cœur de la forêt de Bornéo :


Poster un commentaire

29 juin 2014 : Georgetown, Penang

Journée très pluvieuse sur Georgetown. Comme en plus, nous sommes dimanche et que c’est le premier jour du ramadan, tous les magasins sont fermés et les rues désertes. Pour ce dernier jour en Malaisie, nous en profitons pour recharger les batteries et flemmarder à l’hôtel. Surtout les enfants qui ne sortiront que vers les 17h30 …

Néanmoins, nous ferons deux activités dans la journée : tout d’abord, avec Isa, un bon massage dans un vrai beau salon puis tous en famille nous repartons faire une nouvelle énigme avec l’attraction « Escape ». Il faut un maximum de 45 minutes pour résoudre l’énigme et nous mettrons …. 44mn 59 secondes !!!  Grâce à cela, nous sommes dans le top 5 de la semaine. Youppie !!

Demain départ pour notre dernière destination, la Thaïlande.


Poster un commentaire

28 juin 2014 : Georgetown, Penang

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/6030170084908609457?authkey=CNmu482CxNu3qwE

Notre journée va être dédiée à la découverte des quartiers historiques de Georgetown, la capitale de l’ile de Penang. Mais il fait vraiment très chaud et rapidement, la promenade devient pénible. Nous décidons alors de poursuivre notre balade en trishaw, ces tricycles typiques de la Malaisie. Après un peu de recherches, nous en trouvons deux au tarif officiel de 40 ringgits par heure.
Nos deux chauffeurs nous promènent alors dans le quartier de Chinatown et nous font découvrir tout d’abord quelques murs peints qui sont ici assez nombre.

Direction ensuite la « Chew Jetty », un village flottant classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Contrairement à celui de Sandakan où différentes ethnies se mélangent, ici, ne vivent exclusivement que des chinois. Mais fini l’authenticité d’antan, tout se transforme peu à un peu en balade à touristes car nous ne faisons que traverser des magasins de souvenirs et de babioles inintéressantes.
C’est seulement au bout de la jetée que nous découvrons une vue sur la mer et sur la ville.

La prochaine étape sera la « Pinang Peranakan Mansion », une superbe demeure du 19e siècle qui a été transformée en musée. A l’intérieur, nous y trouvons un savant mélange de décoration chinoise, malaise et anglaise. Les meubles sont d’époque et de nombreuses photos permettent de sentir l’atmosphère d’antan. Un couple de jeunes mariés s’y fait prendre en photo en prenant des poses hollywoodiennes.

Dernier arrêt : le fort Cornwallis. Un fort un peu surprenant car mis à part son mur d’enceinte, l’intérieur ne se résume quasiment qu’en une longue plaine d’herbe. Sur un des côtés, des baraquements et une chapelle ont néanmoins été bâtis. Nous y apprendrons que ce fort a été construit sur les deniers personnels d’un certain Willys qui craignait alors l’invasion de Penang par les français car, à l’époque, anglais et français se bataillaient pour le contrôle de la route des épices. Mais, son argent fut dépensé en vain car les français ne sont jamais venus dans les parages.

Retour ensuite au mall pour déjeuner et se faire faire un bon massage. Euh, non en fait, juste un massage. Nous tombons sur un salon chinois et la séance de détente va vite tourner à la séance de torture !!! Nous avons tous rarement eu aussi mal. Mais comme me l’a dit mon masseur ; « si ça ne fait pas mal, ce n’est pas un bon massage » !! En partant de ce principe, j’ai dû avoir le meilleur massage de ma vie !! Pendant toute la séance, je n’arrêtais pas de penser à la scène de massage avec Gérard Jugnot dans les bronzés …

Bref, toujours entiers mais fracassés, nous ramenons les enfants à l’hôtel tandis qu’avec Isa, nous partons à pied à la découverte de Little India. Ce quartier est vraiment très typique et s’y promener est très dépaysant. Les senteurs, les bruits, les habits, tout nous ramène dans un autre monde.

C’est une nouvelle fois fourbus que nous rentrons à l’hôtel. Georgetown est une belle ville, typique mais nous avons nettement préféré l’ambiance et l’atmosphère de Malacca. La ville est ici un peu plus grande mais surtout énormément plus polluée.

Demain, dernière journée en Malaisie avant d’entamer la dernière ligne droite de notre voyage.


Les maisons coloniales de Georgetown.


Le trishaw du jour.


Un des nombreux murs peints de la ville.


Balade sur la « chew jetty ».


La « Pinang Peranakan Mansion ».


L’intérieur du fort.


Yanou a trouvé sa voiture préférée.


La « clock tower ».


Le massage se finit par un foot massage assez douloureux.

Little India.


Préparation de poulet Tandoori.


1 commentaire

27 juin 2014 : de Belum à Georgetown, ile de Penang

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/6029811877131396097?authkey=CJ-Q563Br_aRlgE

Ce matin départ tranquille direction l’ile de Penang. Nous avons un peu moins de 200 km à faire en voiture avant d’arriver sur Georgetown sa capitale, classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Penang, surnommée « la perle de l’Orient », fut longtemps un port anglais sur la route du thé et de l’opium.

Après 3 heures de route plutôt monotone, nous arrivons enfin à destination après avoir traversé un gigantesque pont à 6 voies. L’arrivée sur Georgetown me fait un peu penser à Singapour mais la ressemblance s’arrête là. Une fois les bagages déposés dans un magnifique petit « Homestay », nous partons à l’assaut de cette grande ville.

Georgetown renferme de nombreux vestiges coloniaux et ressemble beaucoup à la ville de Malacca que nous avons visitée il y a quelques jours. Nous déambulons dans des rues où se succèdent de petites maisons de style colonial. Une majorité de chinois vivent ici et les échoppes de nourriture ambulantes se comptent par dizaines.

Notre promenade nous mène jusqu’à un grand centre commercial ou Marc et Yann se font couper les cheveux pendant que Chloé et moi allons faire du lèche vitrine. Pour terminer cette fin d’après-midi, nous allons participer à une attraction que nous avions déjà faite à Singapour et qui semble être à la mode : « Escape ». Enfermés dans une pièce, il nous faut résoudre des énigmes pour pouvoir nous en échapper. Pour cette fois, après un bon début, il nous a été impossible de trouver la solution pendant les 45 mn imparties. Mais il faut bien reconnaitre que c’est parfois vraiment trop « tiré par les cheveux ».

Retour tranquille à l’hôtel.

Après le diner, avec Isa, nous repartons à la découverte des environs. Nous tombons alors sur une rue où des dizaines de petites échoppes roulantes sont installées le long des trottoirs. Les gens mangent dehors sur des tables et des chaises en plastique et toutes les échoppes semblent connaitre un grand succès. Certains mets nous interpellent tels ces œufs de couleur noire (cf photo) !!!

Des maisons coloniales s’échappent parfois des effluves d’encens car le quartier de Little India jouxte aussi celui de Chinatown. Beaucoup de ces maisons sont limites insalubres alors que d’autres ont été retapées et donne un certain style à ce quartier.


Le pont qui nous mène jusqu’à l’ile de Penang.


Le centre-ville et ses maisons coloniales.


Ty bo mon fils !!


Restaurant de rue.


Temple chinois.


Restaurant improvisé la nuit.


Les « trucs » noirs, ce sont des œufs !!

Des brochettes (satay).


2 Commentaires

26 juin 2014 : à la découverte de la forêt de Belum


Village Orang Asli – Belum

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/6029240085975826145?authkey=CMC-1N2j6s_Z7QE

Ce matin après une courte nuit due au match de foot France-Equateur qui passe ici à partir de 4h du mat’, nous partons pour une journée entière dans la jungle humide de Belum. Cette forêt primaire est l’une des plus anciennes au monde puisqu’elle est née avant celles d’Amazonie et du Congo.

Le plafond est aujourd’hui très bas et une sorte de brume recouvre la forêt ce qui lui donne un aspect un peu fantomatique !! Mais tout au long de la journée, nous n’aurons de cesse d’admirer cette forêt incroyablement épaisse répartie sur de nombreuses collines qui semblent se chevaucher les unes sur les autres.
Pour aller d’un point à l’autre, nous naviguerons sur le lac Temenggor, le plus grand lac de la Péninsule Malaise, désormais canalisé par un barrage. Sa construction a occasionné la disparition de nombreux villages et le déplacement de population. Mais l’état Malaisien ayant bien fait les choses, tout s’est relativement bien passé. Par contre, cela donne un paysage un peu surréaliste avec des dizaines de troncs d’arbres, complètement nus, émergeant du fond du lac.

Nous allons tout d’abord naviguer pendant une quinzaine de minutes et faire notre premier arrêt près de fermes piscicoles qui élèvent des milliers de poissons. Les bassins sont énormes et reprennent des méthodes d’élevage venues de Norvège. La plupart des poissons sont ensuite levés en filet avant de partir à l’exportation.

Puis nous partons à la recherche de la rafflésie, la plus grande fleur du monde, endémique à la Malaisie. Cette fleur, qui est un parasite, a la caractéristique de mettre 9 mois à pousser puis de fleurir pendant 7 jours avant de faner. Mais point de rafflésie à l’horizon !! Aucune fleur n’ayant éclos, nous ne pourrons malheureusement pas en contempler, en revanche nous avons pu apercevoir de nombreux bourgeons prêts à éclore d’ici à quelques jours. Dommage !!

Nous reprenons notre bateau pour une vingtaine de minutes avant notre deuxième arrêt qui nous permet de faire une petite randonnée d’une heure dans la jungle à la recherche des éléphants pygmées. Nous découvrons alors la forêt luxuriante de Belum et ses couleurs incroyables. Dès qu’il en a l’occasion, notre guide nous montre en détail la flore et la faune de cette magnifique forêt. C’est un moment de détente pour tout le monde bien que la température commence à monter et à devenir pénible. Contrairement à nos premières impressions à Bornéo, ici, nous ressentons vraiment l’atmosphère de la jungle mais il est vrai que cette fois-ci, nous y sommes en plein cœur.
Notre guide nous explique que sur cette partie de la jungle, les éléphants viennent se restaurer de minéraux (en gros, manger des cailloux !!) pour se nettoyer l’estomac. Manque de chance, nous ne verrons aucun éléphant, par contre nous verrons des dizaines de leurs crottes !!!

Nous profitons de notre troisième arrêt pour prendre notre déjeuner sur une ile qui sert de lieu de repos à de nombreux randonneurs. Je passe sur le contenu du déjeuner qui, encore une fois, est composé de riz très épicé et de poulet !!!!! Après cette pause méritée, nous repartons sur l’ile de Banding où nous allons visiter le village de la population locale : les « Orangs Aslis ». Leurs habitations sont très sommaires, toutes faites de bois et de bambous. Une vingtaine d’adultes et un peu plus d’enfants vivent dans ce village avec une vie rythmée par la pêche et la chasse. Ils vivent très simplement, se marient dans le même village et les enfants vont très peu à l’école. Nous repartons avec trois belles sarbacanes faites artisanalement presque sous nos yeux.

Notre dernière balade nous emmène aux confins de la jungle à la découverte d’une magnifique cascade. Il nous faut presque trente minutes pour y accéder tellement le chemin est peu praticable et surtout pentu. Nous traversons une forêt très dense et la chaleur ne nous permet pas d’avancer rapidement. Cette jungle est superbe et des dizaines de lianes s’enchevêtrent autour des arbres. Nous traversons aussi un camp fantôme, abandonné car trop cher à entretenir.
En revanche, notre effort est récompensé lorsque nous découvrons cette belle cascade ! Notre premier réflexe est de nous plonger les pieds dans cette eau fraiche et translucide pendant que de petits poissons viennent nous mordiller les pieds ! Un touriste déjà sur place nous avertira qu’un serpent d’eau venait de passer ce qui nous empêchera de nous glisser entièrement dans l’eau !!

La journée touche à sa fin et nous reprenons le bateau jusqu’à notre hôtel ou la piscine nous tend ses bras !!!!!


Des bourgeons de rafflésie.


Des bourgeons prêts à éclore, d’ici 3 à 4 jours.


Le lac et la forêt de Belum.


Les arbres nus qui sortent de l’eau.


La ferme piscicole.


Voilà tout ce que nous verrons des éléphants !!


Balade dans la jungle.


Le village des Orang Asli.


Belle feuille, non ?


1 commentaire

25 juin 2014 : de Cameron Highlands à Belum

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/6028858758709135425?authkey=CKnatsKMx5GZrQE

Avant de quitter les Cameron Highlands et sa fraicheur, nous avons prévu d’aller visiter une usine qui fabrique du thé. Le chemin qui permet d’y accéder est très sinueux et parfois juste large pour une seule voiture mais comme toute route de montagne, les panoramas sur la vallée sont superbes et nous nous arrêterons plusieurs fois pour les immortaliser.

Arrivés au parking visiteurs, c’est par une sympathique promenade dans les champs de thé que nous atteignons l’usine et les locaux, flambant neufs, qui accueillent les visiteurs. A l’intérieur, différents panneaux racontent l’histoire de la société et la façon dont est fabriqué le thé.
Mais rien ne vaut la pratique et juste à côté se trouve la chaine de production, accessible aux visiteurs. Nous apprenons alors comment on fabrique le thé : une fois récoltées, les feuilles sont immédiatement placées dans un immense broyeur qui va les hacher en petits morceaux. C’est à ce moment que les parfums de la feuille vont se révéler. Les feuilles ainsi broyées vont ensuite être placées dans un four à 100 degrés pour les faire sécher et stopper le processus de fermentation. Le tout passe ensuite dans une sorte de tamis qui va trier les feuilles broyées par taille. Le tout est ensuite conditionné dans d’énormes sacs en toile de jute.

Tout autour de l’usine, les champs de thé s’étirent sur des dizaines d’hectares et le paysage est magnifique. La culture et la cueillette du thé est un monopole « hindou ». A proximité, il y a un village 100% hindou avec son école, son temple et ses multiples maisons.

En fin de matinée, nous repartons un peu plus vers le nord, direction la forêt primaire de Belum, un des « poumons » de notre belle planète et une de nos forêts les plus anciennes. Tant que nous sommes dans les Cameron Highlands, la route reste très sinueuse et la température très agréable. Cette région est vraiment une région de culture car nous ne cessons de voir des serres où poussent principalement des fraises. En un même lieu, il peut y en avoir des dizaines voire même des centaines.

Une fois sortis des Cameron Highlands, la route n’est plus qu’une longue et ennuyeuse nationale où l’on prend rapidement les mauvaises habitudes des conducteurs du coin : on double sur les passages zébrés ou encore sur les lignes continues … mais la plupart du temps, c’est la seule façon de doubler.

En milieu d’après-midi, nous arrivons à notre superbe hôtel situé au bord du lac Temenggor. Nous sommes à l’extrême nord de la Malaisie et quasiment au sud de la Thaïlande qui est à moins d’une heure en voiture.


La cueillette des feuilles de thé.


Les champs de thé et, en haut, les bâtiments d’accueil.


Les champs de thé s’étirent à perte de vue.


Le village hindou.


Les serres de fraises.

Echoppe de bord de route.


2 Commentaires

24 juin 2014 : Cameron Highlands


Cameron Highlands – Champs de Thé

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/6028489964032989761?authkey=CJ-2p5r8qeCH3AE

Nous reprenons la route avec aujourd’hui un trajet de 362 kms de Malacca aux Cameron Highlands. Nous allons quitter la chaleur étouffante de la ville pour rejoindre la fraîcheur des montagnes. Cette région de Malaisie, située au nord de Kuala Lumpur, a été découverte en 1885 par Sir William Cameron. Cette région montagneuse a longtemps servi de villégiatures aux anglais qui souhaitaient une autre atmosphère que celle lourde et étouffante du reste de la Malaisie.

Les 300 premiers kms se font sur une autoroute 3 voies parfaitement entretenue. Mauvaise surprise de dernière minute, l’allume cigare de notre « carrosse » de location de 165.000 kms (!!) ne fonctionne pas. Pas grave puisqu’on ne fume pas mais plutôt embêtant quand on a un GPS … Bref, système D, on branche le GPS sur l’ordinateur portable et on ne l’allume que lorsque c’est nécessaire.

En Malaisie, sur autoroute, la vitesse est limitée à 110 km/h mais comme les policiers sont introuvables, certains se prennent pour des pilotes de rallyes et roulent vraiment comme des « fêlés ». Nous avons l’impression de revenir dans les années 70 au niveau de la sécurité : beaucoup de voitures sont un peu déglinguées, les gens ne mettent généralement pas leurs ceintures de sécurité tandis que d’autres traversent carrément à pied les six voies de l’autoroute pour aller se restaurer à la station qui se trouve de l’autre côté … et je ne parle pas des agents de maintenance qui travaillent le long des rails côté circulation sans être signalés  !!! Hallucinant.

Une fois sortis de l’autoroute, nous commençons à attaquer la montagne et ses virages. Et c’est une toute autre Malaise que nous découvrons. Finies les multiples maisons du même style alignées sur des centaines de mètres et même tout simplement finies les maisons en briques, nous retrouvons des maisons fabriquées en bois et en tôle que nous avons tant vues aux Philippines, au Sulawesi ou encore à Bali. Ici, nous sommes dans la Malaisie rurale et le niveau de vie est nettement plus bas.

Le premier arrêt que nous pouvons faire pour nous détendre ne se trouve qu’à une quarantaine de kms de notre arrivée, aux chutes d’eau « Lata Iskandar ». Des tas de magasins de souvenirs en osier ou en bois bordent la rue qui y mène. Les chutes d’eau sont splendides et des tas de gens se baignent dans différents bassins naturels malgré un panneau d’avertissement qui indique que des bactéries se trouvant dans l’eau peuvent causer de nombreuses maladies. Pour notre part, nous nous abstiendrons …
Un escalier, que nous empruntons, mène en haut des chutes et permet d’avoir un panorama splendide sur les chutes et ses environs. Des tas de papillons virevoltent dans les airs tandis qu’Isa est effrayée par … un caméléon qui donne l’impression de vouloir l’attaquer alors qu’il tente juste de poursuivre son chemin !!!

Les Cameron Highlands sont réputées pour son air frais, ses montagnes, ses cultures de fraise et sa production de thé. Nous nous arrêtons justement un peu plus loin à un café/boutique construit en surplomb d’une colline. La vue sur la vallée est splendide et permet de découvrir un panorama avec des champs de thé à perte de vue. C’est assez surprenant car on a l’impression de voir des ronds partout. Je pense que cette taille doit permettre de récupérer les feuilles plus facilement. Plus de détails demain car nous avons prévu d’aller visiter une fabrique de thé.

La route est très pénible car les virages s’enchainent sans discontinuer et notre vitesse peut difficilement dépasser les 40 km/h.

Nous faisons un dernier arrêt pour nous dégourdir les jambes. Autour de la ville de Tanah Rata, il y a de nombreux sentiers de randonnée. Nous choisissons le plus populaire qui mène aux chutes Parit. Le chemin, grossièrement entretenu, nous mène à travers une forêt jusqu’à des petites chutes. Mais comme indiqué dans le guide, ces chutes sont gâchées par les ordures provenant des villages en amont. Quel dommage …

Nous rejoignons ensuite notre hôtel pour la nuit, hôtel superbement situé sur le haut de la montagne. Nous sommes à 1.500 mètres d’altitude et la réputation de fraicheur de cette région n’est pas usurpée, c’est la première fois depuis bien longtemps que nous avons une sensation de fraicheur, presque de froid même !!


Une maison de style à Malacca.


Les boutiques près des chutes.


Les chutes « Lata Iskandar ».


Le caméléon qui a attaqué Isa !!


Cabanes de montagne.


Les Cameron Highlands.


Champs de thé.


Les chutes Parit.