Les Peltier Autour du Monde

Vivre ses rêves plutôt que rêver sa vie


Poster un commentaire

5 avril 2014 : bilan de la Tasmanie

Montagne et forêts – la beauté brute de la Tasmanie

La Tasmanie aura été assez contrastée en terme de sentiments et d’émotions. Jusqu’à la moitié du parcours, franchement, nous nous sommes ennuyés. Après avoir passé tant de temps en Australie, nous avions une impression de « déjà-vu » et avions hâte de passer à autre chose … Mais dès lors que nous avons commencé à découvrir les véritables joyaux de cette île, tout s’est inversé et je regrette même un peu de ne pas avoir pu tout voir …

De la Tasmanie, en 10 jours, nous avons pu avoir une vue assez exhaustive : ses villes, ses côtes Est et Nord, ses parcs naturels.

Au niveau des villes, rien de bien intéressant. Les grandes villes telles la capitale Hobart ou encore Launceston ne valent la peine d’être vues que pour leur architecture « historique ».

La côte Est dispose de très belles plages et il doit être très agréable d’y passer l’été. Le problème, c’est que nous y étions non seulement en fin d’automne mais en plus hors saison donc très peu d’animations et surtout impossible de se baigner dans une eau qui s’est fortement rafraichie.
Cette côte Est ravira également les amateurs de vins car c’est sur cette partie de l’île que sont cultivées de très nombreuses vignes et l’offre est abondante.

Mais, à mon sens, le vrai joyau et ce qui vaut vraiment la peine en Tasmanie : c’est de visiter et de randonner dans ses parcs naturels. Nous en aurons vu deux : le parc de Freycinet et celui de Cradle Mountain et, par deux fois, ce fut des moments intenses.

Nous n’oublierons pas de sitôt la beauté brute, sauvage du parc de Cradle Moutain. Tout comme nous garderons en mémoire la beauté du parc de Freycinet. Personnellement, je n’oublierais jamais mes émotions en arrivant, après un bel effort, tout en haut du Marion’s lookout.
Si jamais j’ai l’occasion de revenir un jour par ici, je ferais tout pour pouvoir faire l’Overland Track qui doit être une expérience personnelle fantastique.

Tout ceci me laissera quelques petits regrets sur notre choix de ne pas faire la côte ouest, mal conseillés par les locaux. Car pour eux, seule la côte Est valait la peine. Mais la côte Ouest, plus sauvage, est certainement celle qui semblait correspondre à nos attentes du moment. Il nous aura finalement manqué deux jours pour découvrir cette autre partie authentique classée au patrimoine universel.

Mais, laissons les regrets sur place, notre « aventure » continue !!

Le top de la famille :
– à l’unanimité, le Bonorong Wildlife Parc. Pouvoir approcher des animaux autochtones de si près a été une expérience fantastique.
– les deux parcs naturels.


2 Commentaires

3 et 4 avril 2014 : de Cradle Mountain à Burnie et de Burnie à Launceston

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/5998403757312421921?authkey=CJ7I48_b9vrERQ

Jeudi 3 avril. Nous quittons Cradle Mountain avec encore plein d’images de cette incroyable nature dans la tête. Nous devions partir vers Launceston et y passer les deux derniers jours, mais finalement, nous décidons de partir vers Burnie pour aller découvrir la côte nord. Notre seul arrêt sera effectué pour notre photo traditionnelle de fin de parcours. Mis à part cela, rien à signaler …

Arrivés à Burnie, nous nous arrêtons au panorama le plus pourri que nous ayons vu depuis notre départ !!! Il domine la ville mais donne sur un port de containers particulièrement affreux.
La ville de Burnie est une grande ville pour la Tasmanie mais ne présente pas d’attrait particulier.

Heureusement, pour passer l’après-midi, nous avons trouvé l’activité préférée de la famille : approcher des animaux. Cette fois-ci, ce sont des animaux très particuliers : des alpagas. De la famille des chameaux, ces animaux sont très dociles et utilisés pour leur laine. Les femelles alpagas ne porte qu’un seul petit à la fois et leur gestation dure 11 mois et demi.
Dans la ferme où nous sommes, nous pouvons également voir beaucoup d’animaux beaucoup plus communs : lapins, perroquets, canards. Mais aussi un magnifique cygne noir et un paon chinois beaucoup moins habituel. Pendant une grosse heure, tout en promenant l’alpaga en laisse (!!), nous pouvons approcher, caresser et nourrir ces animaux.

Un tout petit détour avant de rentrer pour admirer les « Guide Falls ».

Avec Isa, nous avons décidé d’écourter de quelques jours notre parcours en Australie car nous sommes un peu lassés de voir toujours les mêmes choses et de rouler sans arrêt. L’après-midi sera donc consacrée à annuler et reprogrammer. C’est la partie nord de l’Australie qui va être écourtée, nous ne ferons qu’un seul parc au lieu de trois et c’est Bali qui va en profiter. Les massages matin, midi et soir se rapprochent !!

Vendredi 4 avril. Pour notre dernière étape en Tasmanie, nous longeons la côte nord entre Burnie et Devonport. Nous traversons de nombreuses petites villes, la plupart avec des maisons splendides en bord de mer. Il y a l’étonnante ville de « Penguin » qui a fait de ce petit animal son emblème : que ce soit en statue ou en peinture, il y en a partout !!! Notamment une énorme statue de 3 mètres de haut, installée pour fêter le centenaire de la ville.

Arrêt détente en bord de mer à Devonport puis nous rejoignons notre hôtel.

Le wifi étant le meilleur depuis longtemps, nous en profitons non seulement pour faire un skype avec nos familles mais aussi pour refaire des recherches sur les hôtels de nos futures destinations. Et les bonnes affaires sont au rendez-vous !!! Notamment avec le site hotels.com, nous avons sauvé quelques centaines d’euros tout en améliorant le « standing » des hôtels grâce à leurs bonnes affaires de dernière minute.

Nous passons aussi en revue nos valises car comme désormais, il n’y aura plus de pays « froid » ou, au pire « frais », nous préparons un autre colis de tous les habits qui vont devenir inutiles.

Demain, nous partons à la découverte de la « Western Australia » avec la ville de Perth et son climat méditerranéen.


Bye, bye, Cradle Mountain. Encore une randonnée inoubliable.


L’alpaga se laissera promener comme un toutou !!


Drôle de look quand même.


Le paon chinois.


Les « Guide Falls » avec un effet.


La statue commémorative de la ville de Penguin.


Une des enseignes de la ville de Penguin.


Poster un commentaire

2 avril 2014 : Cradle Mountain


Cradle Mountain – Tasmanie

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/5997879122314027713?authkey=CIePtNOWwIjq4AE

Aujourd’hui, nous avons encore planifié une « grosse » journée nature. Mais, et c’est imprévu, il y a aussi un gros changement de temps également : le soleil et à la chaleur ont été remplacés par la pluie et la fraîcheur, ce matin il fait 10 degrés de moins qu’hier. Mais qu’importe, nous sommes là pour découvrir le parc.
A regret, je pense que je vais devoir annuler un des parcours que je souhaitais faire car il menait à un panorama très en hauteur mais les nuages risquent de bloquer la vue.

Nous entrons dans le parc naturel pour rejoindre dans un premier temps le « Waldheim chalet », une vieille maison construite en 1912 par un autrichien d’origine, Gustav Weindorfer. C’est au cours d’une randonnée, en 1910, que cet autrichien, est tombé « amoureux » du parc. Il s’y est alors installé et s’est battu toute sa vie durant pour le faire reconnaitre comme un parc naturel mais aussi pour en le faire découvrir au plus grand nombre. La construction de son chalet a permis d’accueillir de nombreux visiteurs. Rapidement veuf, il vivra quasiment une vie d’ermite. Durant les étés, il accueillera les promeneurs mais en hiver, il se retrouve généralement seul avec son chien. Mais quand celui-ci vint à mourir, les tigres de Tasmanie ont commencé à venir roder autour de sa maison et quelques fois même jusque dans sa cuisine …

Nous repartons ensuite en direction du lac Dove pour faire une des plus belles balades de l’île : la « Dove Lake Walk ». Cette balade va nous prendre deux heures. Et nous sommes incroyablement chanceux, car à peine nous commençons notre marche qu’un bout de ciel bleu fait son apparition. Et quelques instants plus tard, les nuages sont définitivement partis et le soleil rayonne. Incroyable !!!
Nous sommes même doublement chanceux car comme il a énormément plu, les cascades sont très fournies et offrent un spectacle sublime.

Les enfants impriment le rythme et partent en éclaireurs. Le chemin, qui fait le tour du lac, est de pure beauté : nous alternons les passages en forêt et les passages à découvert. Ceux-ci sont d’ailleurs impraticables car une sorte de maquis remplit l’espace. Sous ce maquis, nous pouvons entendre mais sans les voir, d’innombrables ruisseaux qui coulent en cascade. Sur les montagnes environnantes, de superbes chutes d’eau très fournies tombent à plusieurs dizaines de mètres plus bas. Le spectacle est magique. La nature est ici sauvage, brute.
Pour couronner le tout, en arrière-plan, trône majestueusement la superbe « Cradle Mountain ».

A mi-chemin, nous nous arrêtons pour déjeuner en pleine nature. Au final, mis à part deux ou trois parties un peu plus abruptes que les autres ou encore un parcours dans un mini-cours d’eau, le parcours n’est pas trop éprouvant.

Le tour du lac est bientôt achevé et arrive la bifurcation que j’attendais. Et comme il fait beau, je ne vais pas me gêner pour faire la montée jusqu’au « Marion’s Lookout », un panorama qui culmine à 1.223 mètres d’altitude. Isabelle et les enfants ont leur « dose » de marche pour la journée, je vais donc faire la montée seul. Et quelle montée !! Elle était annoncée comme étant assez difficile, elle fut terrible !! Au début, les escaliers alternent avec un chemin tracé mais, rapidement, c’est à même la roche de la montagne qu’il faut escalader avec de temps en temps l’aide indispensable d’une chaine qui permet d’assurer l’appui. Que la montée est longue et raide !!! Je m’attendais à ce que ce soit difficile mais pas autant. Le temps indiqué pour faire cette montée est d’une heure, il faut croire que j’avais un bon rythme car je suis arrivé en haut en … 30 minutes !!!

De là-haut, le panorama est exceptionnel. Il domine toute la vallée et on est aux premières loges pour admirer le parc avec ses montagnes et ses lacs. Je vais y croiser quelques randonneurs au long cours qui font une randonnée mythique : « l’Overland Track », une randonnée de 65 kms qui se fait en 6 à 7 jours. Je vais rester là une bonne demi-heure, le temps de prendre des photos et d’admirer le panorama.

Le moment est magique et le temps est suspendu, C’est vraiment dans ces moments-là, uniques, que notre tour du monde prend toute sa valeur. On oublie tout pour quelques instants et on vit l’instant présent.

Je serais bien resté un peu plus longtemps mais il faut bien rentrer et je prends alors le chemin qui passe par le « Wombat Pool » et le « Lake Lilla ». Le début de la descente est terrible : ni escaliers, ni chemin, rien. Juste des chaines qui permettent de pouvoir s’appuyer sur la roche à pic. A ce moment, j’admire les randonneurs de l’Overland Track qui doivent tout monter avec leur sac à dos. Une centaine de mètres plus bas, c’est ensuite une longue descente pour rejoindre le parking.
J’ai mal aux cuisses mais je me sens bien !! Que c’est beau, cette nature est si belle qu’elle fait du « bien à la tête ». Un peu moins aux jambes … mais j’avoue, je suis un peu maso, c’est bon seulement si j’ai l’impression d’avoir été au maximum.

Le retour sera d’autant plus long que j’ai mal compris une bifurcation et cela m’a rallongé de quelques kilomètres supplémentaires … De retour à l’hôtel, toute la famille, qui est aussi rentrée à pied, se retrouve.

Ce tour du monde nous aura révélé une nouvelle passion : celle de la randonnée. Auparavant, nous aimions bien aller nous promener mais sans plus. Depuis notre départ, toutes les occasions sont désormais bonnes pour marcher, surtout si c’est en pleine nature.


Le « Waldheim » chalet.


Ce matin, c’est couvert …


Les enfants partent en éclaireurs.


Pause déjeuner au bord du lac.


Le chemin est généralement aménagé avec des planches en bois.


Les eaux du lac et leurs couleurs incroyables.


Des chutes d’eau de plusieurs dizaines de mètres de haut.


Les chaines indispensables pour aller jusqu’au « Marion’s Lookout ».


Quel point de vue !! Derrière, le Mont Cradle.


La prairie.


Toujours les mêmes couleurs.


1 commentaire

1er avril : de Launceston à Cradle Mountain


Parc naturel de Cradle Mountain – Tasmanie

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/5997977949905221009?authkey=CNuu9qu785fXtgE

Changement radical de paysage, nous quittons la grande – et bruyante – ville de Launceston pour la nature exubérante du parc naturel de Cradle Mountain.

En chemin, nous traversons la très belle petite ville de Sheffield et son architecture « western ». Sheffield a la particularité d’avoir une quarantaine de murs peints disséminés un peu partout dans la ville.

Au bout de deux heures de route, nous atteignons le « Cradle Mountain National Park ». Nous sommes ici pour prendre un gros bol d’air et commençons notre immersion dans la nature dès notre arrivée avec deux belles randonnées.

La première s’appelle « l’Enchanted Walk » (le chemin enchanté) et c’est vrai qu’il donne l’impression de pénétrer dans une forêt magique !!! Au tout début, le paysage est surprenant : pas ou peu d’arbres mais une multitude de « touffes » d’un vert éclatant. Puis, rapidement, la forêt prend sa place et s’épaissit. Les arbres et les sols sont recouverts de mousse et de lichen, preuve que l’humidité ambiante doit être très importante habituellement. Aujourd’hui, il fait très beau et assez chaud, ce n’est donc pas le cas. Le parcours est parfaitement balisé et aménagé. Il suit le lit d’une rivière avec des eaux une nouvelle fois très sombres.

Peu après la fin de cette promenade, une bifurcation permet d’enchainer avec le « King Billy Walk ». Une nouvelle fois, nous nous promenons en plein cœur d’une forêt obscure envahie par la mousse. Les arbres sont vraiment superbes, certains, de la famille des pins atteignent les 40 mètres de haut. L’ambiance est à la fois paisible et mystérieuse. Bizarrement, c’est le silence total, nous n’entendons quasiment aucun oiseau.
Au hasard des chemins, nous croiserons plusieurs wallabies. Peu impressionnés par notre présence, ces animaux continueront leur quête de nourriture, principalement de la mousse.

Au terme d’une bonne heure et demie de promenade, nous rentrons à l’hôtel, non sans avoir la bonne surprise de croiser une maman Wombat avec son petit dans une clairière.


Un des immeubles de la ville de Sheffield.


Un des murs peints.

La forêt de Cradle Mountain avec sa « couverture » de mousse.


La Cradle Mountain.


Les Wombats.

 


Poster un commentaire

30 et 31 mars : de Bicheno à Launceston


Une des plages de la côte est de Tasmanie

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/5996869399373420113?authkey=CKmR2dfz84GLlgE

Dimanche 30 mars. Pour rejoindre Launceston, nous avons deux possibilités : soit prendre une route rapide mais monotone, soit prendre une belle route avec énormément de virages et rallonger notre trajet d’une heure. A l’unanimité, les enfants veulent prendre la route la plus rapide. Nous, nous préférons la route plus longue car plus pittoresque. Et comme c’est moi qui conduit …

La première partie de la route, de Bicheno à St Helens, longe le bord de mer. Le soleil étant de la partie, les couleurs et les paysages sont superbes : les plages de sable blanc alternent avec des falaises battues par la mer. L’envie est forte de se poser pour passer du bon temps sur une plage mais comme nous avons beaucoup de route devant nous, nous préférons poursuivre …

De St Helens jusqu’aux abords de Launceston, nous traversons de multiples forêts aussi belles qu’impénétrables. Les forêts sont épaisses, luxuriantes et parfois entrecoupées de clairières ou de splendides paysages de campagne. La vitesse moyenne chute et les virages s’enchainent. C’est un peu usant mais nous ne regrettons pas notre choix, enfin pas toujours. ..
Au hasard de la route, nous pourrons apercevoir un wallabie et un echidna.

Arrivés à Launceston, nous nous installons dans notre hôtel qui est très typique car c’est une ancienne caserne militaire chargée de surveiller une usine de poudre à canon toute proche. Son historique est d’ailleurs précieusement conservé car chacune des chambres porte le nom d’un ancien officier. Pour nous, c’est le Lieutenant Dyson.

Tandis que les enfants se détendent, avec Isa, nous partout juste à côté faire une balade dans de sublimes gorges, les « Cataract Goges ». L’endroit semble être le parcours favori des joggeurs car nous en croisons une multitude. Les gorges sont superbes, le chemin qui y a été construit nous permet une promenade relax sans difficulté. Tout au bout se trouve un parc aménagé ainsi qu’une énorme piscine. Nous décidons alors de faire la boucle entière. L’accueil de l’hôtel nous a indiqué qu’il fallait juste 15 mn et cela nous prendra … une heure !!! Les 15 mn étaient juste pour aller au bout des gorges et non pas pour en faire le tour. Et pour revenir, c’est une immense colline qu’il nous faut grimper. Tout au long de la montée, nous n’arrêterons pas de râler (!!) mais la balade est tellement belle que nous n’avons aucun regret.

Demain, nous partons à la découverte de Launceston, parfois appelée « la capitale du nord ».

Lundi 31 mars. Balade dans Launceston, la 3e plus vieille ville d’Australie après Sydney et Hobart. Cette ville regorge d’immeubles de la fin 19e, début 20e et cela lui donne un certain style. Le centre-ville étant assez petit, nous en avons vite fait le tour. Comme il est un peu tôt pour rentrer, nous refaisons, mais cette fois-ci avec les enfants, une promenade dans la « Cataract gorge ».

Demain, retour à la nature, la vraie, la brute.


Une des belles plages de la côte est.


Un nouvel echidna « rencontré » sur un bord de route.


Les « Cataract Gorge ».


Le chemin longeant la gorge.


Et ça monte, …


L’ancienne caserne.


Launceston.


Launceston.


Launceston.


1 commentaire

29 mars 2014 : Parc National de Freycinet


Parc national du Freycinet

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/5996320814843520625?authkey=CM6Rx8j2mIngdw

Cette journée m’a réconcilié avec la Tasmanie que je trouvais jusqu’à présent un peu monotone, voire ennuyeuse, la soirée au Bonorong Wildlife Center mise à part. Aujourd’hui, nous avons découvert le parc national de Freycinet, assurément un des plus beaux parcs d’Australie.

Ce matin, nous avons laissé les enfants dormir et partons avec Isa nous promener sur la plage située à quelques pas. Le sable est d’une blancheur et d’une finesse incroyable. Le soleil semble vouloir s’imposer mais le fond de l’air est encore un peu frais. Cela n’empêche toutefois pas des enfants de prendre leur leçon de surf dans une eau dont la température ne remplit pas notre critère minimum !!!
De l’autre côté de la plage se trouve une île qui n’en est finalement pas une à marée basse, il s’agit de la « Diamond Island », petit bout de terre qui sert de refuge à des pingouins. Je serais le seul à m’y risquer, Isa ne voulant pas tremper ne serait-ce qu’un bout d’orteil dans l’eau gelée … Mais la marée est définitivement basse et il n’y aura aucun problème pour y aller et en revenir les pieds au sec.

De retour au bungalow, Chloé nous « offrira » la phrase du jour, il est 11 heures et nous la réveillons (!!), c’est alors qu’une plainte émerge du fond de son lit : « mais quand est-ce que je vais enfin pouvoir dormir !! ».

En début d’après-midi, nous partons pour le parc national de Freycinet, souvent présenté par les agences de voyage comme l’une des 10 plus belles destinations du monde. Toute cette partie de la côte Tasmanienne a été découverte, cartographiée et nommée par une expédition française du tout début des années 1800. Cette expédition, à but purement scientifique, a été conduite par le navigateur Nicolas Baudin aux commandes de deux bateaux « le Géographe » et le « Naturaliste ». C’est d’ailleurs au cours de cette expédition que l’ile Maurice aura été découverte.

Après le pique-nique désormais rituel et une petite balade au bord de la « Muirs Beach », nous passons par le centre d’informations pour faire le choix de nos randonnées du jour. Sur les conseils d’un ranger, nous choisissons la « Wineglass Bay Lookout », une des plus belles promenades du parc mais aussi une des plus rudes car nous allons passer de 0 à 200 mètres d’altitude en moins de 2 kms.
Et elle fut effectivement difficile car tout au long du chemin, cela ne cesse de monter. Le paysage est splendide, il nous rappelle beaucoup le sud de la France. Autour des arbres, majoritairement des pins, sont parsemées d’énormes roches rosées, surement du granit. De multiples senteurs passent dans nos narines : celles des pins évidemment mais aussi et surtout celles des incontournables eucalyptus.

Mais nous « sentons » aussi que nous n’avons plus la même énergie qu’avant. Peut-être que les 8 mois de voyage commencent à peser physiquement. C’est un sentiment qui est récurrent depuis la fin de la Nouvelle Zélande. Mais il est vrai que depuis la Polynésie, et c’était en octobre, nous avons enchainé les étapes sans jamais vraiment prendre le temps de nous poser. L’Asie devrait nous permettre de récupérer avant le grand retour.

Au bout de 30/35 mn d’efforts, nous arrivons sur le promontoire et découvrons une vue à couper le souffle. Au premier plan, nous admirons la « Wineglass Bay » mais aussi en arrière-plan tout le parc environnant (cf photo du haut). Les couleurs et les odeurs sont incroyables. Après 20 bonnes minutes à récupérer, à prendre des photos et à contempler, nous redescendons.

Sur le chemin de notre prochaine étape, nous faisons deux arrêts rapides. Tout d’abord à la « Honeymoon Bay », une superbe crique entourée des rochers rosés caractéristiques du parc. Puis, après – encore – un bon quart d’heure de marche, la « Sleepy Bay », une belle plage de sable pas très fin entourée de rochers somptueux remplis de crabes aux pinces blanches et au corps violet.

Nous repartons pour le Cape Tourville (encore un nom français). Sur le chemin menant à la pointe où se dresse le phare, une belle promenade a été aménagée le long de la falaise. Elle nous permet d’admirer toute la côte, les falaises et les montagnes du parc.
Isabelle repère soudain l’animal qui manquait à notre « collection » d’animaux locaux : un « echidna », sorte de hérisson avec une frimousse incroyable.

Le dernier arrêt de la journée se fait à la « Richardson beach » où trône un peu en hauteur un superbe hôtel. L’endroit est très beau et incroyablement calme. Nous aimerions bien y passer quelques heures mais les enfants en ont assez et n’ont qu’une envie : rentrer !!


Bicheno vue de l’île d’en face.


Le chemin menant au « Wineglass Bay Lookout », un petit air de sud de la France.


La Wineglass Bay, sublime.


Honeymoon Beach.


Les rochers de « Sleepy Bay ».


Sleepy Bay.


La splendeur du parc du Freycinet. En face, le Cape Forestier et son petit « Lemon Rock ».


Cape Tourville.


Un « echidna ».


La Richardson Beach


Poster un commentaire

28 mars 2014 : de Port Arthur à Bicheno


Bicheno – Tasmanie

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/5995730802182211313?authkey=CO2wkuK6nOGrQw

Nous quittons notre « cabanon » (!!) dans la forêt et remontons vers le nord en longeant la côte est.

A peine quelques kms après notre départ, nous nous arrêtons pour visiter l’endroit qui symbolise la « Dog Line » à « Eaglehawck Neck », cette fameuse ligne de chiens chargée de surveiller les éventuelles évasions. Il y a un musée qui raconte l’histoire mais nous ne nous arrêterons que pour prendre en photo une statue représentant un rottweiler.

Deux kms plus loin, nouvel arrêt pour observer en hauteur le « Tessellated Pavement ». Il s’agit d’une roche en bord de mer quasi-plate avec des sortes de rainures, le tout ressemblant un peu à une gigantesque terrasse. Curieux phénomène naturel.

Le reste de la journée ne sera qu’une longue et monotone route vers Bicheno. Nous roulons en pleine campagne Tasmanienne, c’est beau mais c’est chiant long et seuls les moutons viennent égayer un peu le paysage. Nous ferons juste un arrêt au « Spyking Bridge », un pont construit par les conscrits avec une architecture un peu spéciale (cf photo). Les 20 derniers kms, qui longent la côte, vont rompre quelque peu cette monotonie.

Nous arrivons en milieu d’après-midi à Bicheno, ville balnéaire très appréciée des Australiens. Cette ville a comme particularité d’être est dirigée par un français !! Nous avions vu il y a quelques années un reportage à la télé sur ce personnage haut en couleur qui a réussi à importer la pétanque dans ce petit coin de Tasmanie.

Nous espérons pour demain le retour du beau temps, d’autant plus que nous allons visiter un des plus beaux parcs national de Tasmanie.


La statue en souvenir de la « Dog Line ».


Il faut être courageux quand même …


« Tesselated Pavement ».


Un petit port de pêche Tasmanien.


Une maison dans la campagne.


Après la haie de soutien-gorge, la haie de chaussures !!


Le « Spyking Bridge ».


Bicheno.