Les Peltier Autour du Monde

Vivre ses rêves plutôt que rêver sa vie


16 Commentaires

Un drôle de rêve … par Marc

J’ai fait un drôle de rêve.

J’ai rêvé que je faisais un tour du monde,
que pendant un an, j’allais où je voulais, quand je voulais,
que je redécouvrais mes enfants sous un autre jour,
que je pouvais les voir grandir et s’épanouir.

J’ai rêvé que je voyais ma Chloé se transformer de chenille en magnifique chrysalide,
que je voyais mon Yann s’épanouir, gagner de l’assurance et se dépasser avec une incroyable volonté,
que je rejouais avec mon Guillaume comme il y a 15 ans et qu’il me disait encore « mais tu veux me tuer ou quooooiiiiiii ? »,
qu’Isabelle faisait de la plongée sous-marine, de l’accrobranches, des manèges à sensations et même une croisière en bateau,
que je découvrais notre belle planète sous tous ses plus beaux atours,
que je crapahutais pendant des jours dans le désert australien et que j’y dormais à la belle étoile,
que nous faisions des rencontres inoubliables,
que je prenais du plaisir à faire des cours de mathématiques et que les théorèmes de Thalès et Pythagore n’avaient plus de secrets pour moi,
que Yann partait dans des discussions interminables pendant nos randonnées,
que je faisais du vélo à Montréal.

J’ai rêvé que pendant un an, je ne connaissais qu’une saison : l’été,
que j’étais dans un bateau à me faire tremper par les chutes du Niagara,
que nous nous levions à 4h du matin pour randonner des kilomètres dans les paysages fabuleux de l’Outback australiens sous 40 degrés à l’ombre,
que je mangeais un hot dog à Central Park,
que je subissais une tempête tropicale en Nouvelle Calédonie,
que je voyais ma Chloé partir dans des discussions enflammées lorsque nous étions à table,
que je faisais du surf sur du sable,
que nous dansions sur un air folklorique australien,
que je faisais de l’hélicoptère au-dessus des volcans d’Hawaii,
que pour son CM2, Yann chantait des chansons qui resteront inoubliables.

J’ai rêvé que je me lavais à l’eau gelée dans une simple bassine au Sulawesi,
que je me faisais dévorer par des moustiques dans des paradis tropicaux,
que nous passions une journée entière à randonner au milieu de volcans encore actifs,
qu’Isa se faisait photographier au bras d’un bellâtre dès qu’elle le pouvait,
que j’observais un volcan à quelques mètres à peine,
que je voyais le plus beau pays du monde, la Nouvelle Zélande,
que j’allais voir Audrey jouer au soccer dans une petite ville du Québec,
qu’un matin, à l’aube, je verrais des dizaines de kangourous sur une plage,
que je faisais le « Superman », le manège le plus rapide du monde,
que je sautais en bungy de 136 mètres.

J’ai rêvé que je buvais une bière avec mon Guillaume sous le ciel étoilé d’Australie,
qu’avec lui, j’allais chez un coiffeur balinais improbable,
que mes enfants découvraient le sens du mot « liberté »,
que chaque jour, je faisais quelque chose de différent,
qu’Isabelle se mettait brusquement à danser comme un robot,
que j’étais nommé chef de tribu et que je dansais le haka,
que j’apprenais à faire du surf à Waikiki,
que je voyais Yann pêcher son premier poisson,
que nous faisions le tour de la Gaspésie avec des acadiens formidables,
que nous marchions dans l’eau avec des dizaines de requins autour de nous.

J’ai rêvé que nous passions des heures à jouer au « petit dada » et au jeu de l’oie,
que parfois, je ne faisais « rien » et que ça allait quand même,
que je nageais au milieu des tortues marines,
que je voyais dans la nature des animaux qu’on ne voit qu’à la télé ou dans les zoos,
que je faisais des plongées sous-marines au milieu de requins, de raies manta et de dauphins,
que dans certains pays, tous les magasins étaient ouverts le dimanche,
que j’apprenais la différence entre « chiottes » et « wc »,
que nous passions une soirée sous le ciel de Québec avec des gens formidables,
que je nageais entouré de poissons multicolores comme dans un aquarium,
que je voyais le feu d’artifice du nouvel an à Sydney.

J’ai rêvé que je loupais la marche du camping-car et m’écroulais par terre en sauvant la vaisselle,
que, du coup, Yann a pensé au pire et a eu des « guillis » dans le ventre,
que je marchais sur un glacier extraordinaire en Nouvelle Zélande,
que je passais du temps sur les plus belles plages du monde,
que des gens parfaitement inconnus en me croisant me disaient « bonjour »,
que je me faisais faire des massages balinais, thaïlandais, philippins,
que j’étais accueilli les bras ouverts par des gens qui ne me connaissaient pas et qu’ils m’invitaient à leur mariage,
que je me levais le matin avec des kangourous devant mon camping-car,
que j’avais des moments de plénitude sur un bateau du siècle dernier,
que des gens voulaient absolument me prendre en photo.

J’ai rêvé que nous n’arrêtions pas de faire des randonnées alors que les promenades en forêt me barbent,
qu’une crotte de lézard déclencherait à la fois un gros fou-rire et une vive douleur,
qu’Isabelle a oublié d’ouvrir la fenêtre avant d’essayer de regarder dehors,
que je me cognais à peu près partout,
que je faisais du « Tuk Tuk » en Thailande, du trishaw en Malaisie et du bémo aux Philippines,
que je voyais des singes avec un gros nez tout bizarre,
que je voyais des milliers de pingouins sortir de l’eau à la nuit tombante,
que je me faisais tatouer,

et tellement d’autres choses
….

J’ai rêvé que pendant un an j’ai pu regarder mes enfants vivre et grandir,
que pendant un an j’ai pu vivre et tout partager avec ma femme,
que pendant un an j’ai parcouru la planète et qu’elle m’a livré ses plus beaux secrets,
que chaque jour était différent et vécu intensément,
que pendant un an j’ai fait des rencontres formidables.

Et puis je me suis pincé et ça m’a fait mal … mais alors, je n’ai pas rêvé !!!


18 Commentaires

Il était une fois … par Isabelle

Il était une fois un roi et une reine qui décidèrent de quitter leur royaume pour de nouvelles contrées. C’est accompagnés de leur princesse et de leur petit prince qu’ils s’envolèrent dans leurs chevaux d’aciers.

La reine était tellement heureuse de ces regards échangés, de ces personnes rencontrées et des sourires partagés qu’elle se mit en quête de voir des déserts, d’admirer de beaux couchers de soleil, de nager avec des requins et des tortues, de plonger dans un aquarium géant, de traverser des paysages somptueux, se baigner dans des eaux cristallines, de se balader dans la jungle, d’approcher des volcans, de marcher sur des glaciers et des arbres, de naviguer sur les flots, de contempler la faune et la flore, de voir des rizières, des champs de thé et de cocotiers, s’extasier devant de splendides architectures et pleins d’autres choses encore.

Ces terres sont si différentes de la sienne ! Elle adore ces populations qui vivent, parlent et cuisinent autrement. Leur seul but est celui de vivre et survivre au quotidien. La reine s’aperçoit bien vite que sa vie sur ses terres n’est faite que de contraintes et que la liberté et la simplicité ne trouvent plus leur place !

Sa belle princesse s’est épanouie et aventurière elle est devenue avec son caractère bien trempé. Son petit prince est devenu un chevalier avec une assurance grandissante et un si doux caractère. Et que dire de son roi ! Dévoué à son rôle de chef de famille, soucieux de leur vie quotidienne, ce ne fut que du bonheur. La reine ne peut être que fière d’être son épouse.

La reine rêvait de voir grandir ses enfants auprès d’elle, c’est chose faite.

Aujourd’hui, leur cheval d’acier les ramène sur leur terre et la reine regarde sa famille en se disant qu’elle est très fière d’avoir réalisé ce rêve. Le roi, la reine et ses enfants reviennent riches de couleurs et d’émotions. La reine est convaincue que ce voyage va changer leur vie et que cette expérience a été d’une richesse incroyable. Elle a conscience maintenant de ce qui existe ou n’existe pas ailleurs, de l’importance des échanges humains, de la solidarité entre peuple, de la chaleur humaine et de la beauté de notre planète .…….

Voici donc mon histoire, celle de cette année fantastique. Je referme aujourd’hui mon merveilleux livre d’aventures qui m’aura tant passionné ! Alors surtout quel que soit votre âge ou situation, n’hésitez pas une seconde, ouvrez votre propre livre …l’aventure vous attend ………….


7 Commentaires

16 juillet 2014 : de Koh Phi Phi à Bangkok

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/6037234641604648753?authkey=CO_i7K3elOOgGA

Encore un départ !!! Nous ne les avons pas – encore – comptés mais sur un an, le chiffre doit être assez impressionnant !!!

Le beau temps est revenu sur Koh Phi Phi et cela nous soulage un peu car nous avons changé nos plans de départ à la dernière minute. Normalement, nous devions quitter l’hôtel vers 7h30 pour rejoindre le port en long tail puis prendre un ferry pour finalement arriver à Phuket vers midi. Donc, un lever aux aurores puis beaucoup de temps de transport pour une faible distance.
Nous avons décidé de réserver un speed boat qui nous fera faire la traversée en moins d’une heure. Mais annonçant la nouvelle à l’hôtel, la responsable de l’accueil me met un gros doute en me demandant si j’étais bien sûr que le bateau pouvait faire la traversée en toute sécurité car, en ce moment, la mer est assez agitée. Et cela m’a fait « psychoter », si bien que j’ai passé une très mauvaise nuit…

Mais au matin, vers 10h30, le speed boat est bien là et comme je l’ai écrit au début de ce billet, le beau temps est revenu et la mer relativement calme, ce qui commence à me rassurer. Nous quittons cette île paradisiaque que je recommande à tous même si en haute saison, elle doit être « blindée » de touristes …
Comme prévu, la traversée va nous prendre une bonne heure. Ce fut quand même assez sportif car, même si les vagues n’étaient pas très hautes, elles étaient fréquentes, et avec la vitesse, cela nous a valu de nombreux chocs assez violents. Mais l’essentiel est que nous soyons arrivés à bon port.

Un taxi nous attend pour nous emmener à l’aéroport de Phuket. Le chauffeur semble peu sûr de lui et un peu distrait, plusieurs fois, j’ai « serré les fesses » car manifestement, il ne fait pas attention à ce qui se passe autour de lui. Et ce qui devait arriver, arriva, de manière assez incompréhensible, il va percuter une voiture à l’arrière en arrêtant de freiner … Heureusement, l’accrochage n’était pas à une grande vitesse donc aucun bobos et pas vraiment de dégâts matériels. Mais ce qui est incroyable, c’est la réaction du chauffeur embouti : pas d’énervement, pas de grands gestes, pas de cris… zen !!

Le vol va durer 1h15 et nous amène à la dernière destination de notre beau voyage : Bangkok.

Si nous avons souhaité finir ici, c’est pour pouvoir faire du shopping et nous reconstituer en partie notre garde-robe à tarif thaïlandais. Car il faut savoir qu’au bout d’un an avec toujours les mêmes fringues, on a une seule envie : en changer !!! Surtout que nous avions privilégié l’efficacité au « style ». Donc, ras le bol des pantalons transformables en short et des t-shirt microfibres parce que ça sèche plus vite !!!

Le temps de trouver notre chauffeur et c’est parti pour une ré-acclimatation express à la vie parisienne : 1h30 de bouchons !!!

Nous arrivons ensuite à l’hôtel dans lequel nous étions il y a deux ans. Situé dans le quartier de Silom, cet hôtel à l’énorme avantage d’être extrêmement bien placé. A même pas 5 minutes à pied du marché de nuit de Patpong et d’une station du Skytrain, métro aérien qui permet d’éviter les encombrements perpétuels de la ville.

A peine arrivés, nous dinons puis partons nous balader dans les environs et redécouvrons cette vie si grouillante et si dépaysante que nous avions tant appréciée.

Le marché de nuit de Patpong est aussi appelé le marché des voleurs car on y trouve des centaines d’articles de contrefaçon à des tarifs défiant toute concurrence. Des tas de touristes de toutes nationalités déambulent et négocient avec les marchands. Et la négociation doit être acharnée car il n’est pas rare de finir autour des 1.000 baths (environ 22 euros) pour des articles annoncés à 5 voire 6.000 baths !!! Les négociations se font toujours avec le sourire et la calculatrice à la main car les thaïlandais parlent généralement un anglais très basique.
De part et d’autre de ce marché, se trouvent des bars, la plupart avec des gogos danseuses. Nous sommes aussi sans arrêt interpellés par des rabatteurs qui nous proposent d’assister à des « ping pong shows », spectacles qui n’ont cependant rien à voir avec le tennis de table…

Isabelle, fatiguée, préfère alors rentrer se coucher mais de mon côté, je compte profiter à fond de ces 3 derniers jours et je vais me faire faire un bon massage à l’huile au salon juste à côté.

Demain, shopping !!!

NB : merci à tous pour les nombreux messages de sympathie reçus à l’approche de notre retour. C’est dans ces moments là qu’on se rend vraiment compte que le blog a servi de « parenthèse enchantée » dans des journées parfois grises.


C’est reparti !!


Bye bye le paradis !!


Pour JP, voilà nos bagages : 4 grosses valises et 4 bagages à main. Mais, il faudra aussi voir tout ce qu’on a réexpédié pendant l’année …


Les stands de nourriture sont généralement très appréciés des locaux et des touristes.


Le marché de nuit de Patpong.


Un rabatteur pour un spectacle SM… il m’a fouetté les fesses !!


5 Commentaires

15 juillet 2014 : Koh Phi Phi Lei


Maya Bay – Koh Phi Phi Lei

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/6036231142997712801?authkey=CK6j54yKufjrigE

Dernier jour au bord de la mer mais, ce matin, cela commence plutôt mal car un gros orage sévit sur Koh Phi Phi. Nous avions prévu une journée bateau donc, pour l’instant, c’est assez compromis. Mais nous sommes néanmoins optimistes car les sites de météo prévoient une éclaircie en fin de matinée.
Et effectivement, vers 11h30, une accalmie prend place et un timide soleil pointe le bout de son nez. Nous en profitons et rejoignons le « recreation center » de l’hôtel où un speed boat nous attend.

Une fois embarqués, nous partons direction Koh Phi Phi Lei, un des trois archipels de Koh Phi Phi où nous devons visiter la mythique plage de Maya Bay, un des endroits les plus visités des environs. Mais la mer est un peu trop remuante et l’arrivée par la baie elle-même n’est pas possible. Il va donc falloir passer par l’autre côté. Mais ce qui nous attend est plutôt sportif : pour atteindre la terre ferme, il va falloir sauter du bateau et nager un peu avant d’atteindre une échelle de corde qu’il faudra escalader. Cela peut paraitre simple, sauf que les vagues sont formées et se fracassent sur les rochers de façon assez violente.
Avec une petite montée d’adrénaline, toute la famille y parvient néanmoins sans trop de difficultés. Après 5 minutes de marche, nous découvrons la Maya Bay où s’est tourné le film « la plage » avec Leonardo DiCaprio et Virginie Ledoyen. La baie est superbe et est entourée par des falaises abruptes et boisées. Comme la mer est très remuante, nous ne pourrons malheureusement pas nous y baigner. Des bateaux, un peu plus puissants que le nôtre, et blindés de passagers, accèdent à la baie et déversent leur lots de touristes avec énormément de risques : il suffirait qu’un des passagers glisse en descendant pour qu’il soit broyé sous le bateau sans que personne ne puisse faire quoi que ce soit.
Nous sommes hors saison et il y a beaucoup de monde, on n’ose imaginer ce que cela doit être en été …

Nous prenons des photos, passons un peu de temps à admirer le lieu puis retournons vers notre bateau. Il faut évidemment faire le chemin inverse, c’est-à-dire éviter une déferlante, sauter de l’échelle de corde et rejoindre à la nage le bateau dans une mer très formée.

Le bateau nous emmène ensuite juste un peu plus loin dans un lagon bien tranquille et à l’abri des mouvements de la mer. Là, pendant une bonne demi-heure, nous allons pouvoir nous baigner et nous détendre. Toute la famille prend du bon temps et s’éclate en sautant du bateau.

Le prochain arrêt se fait juste à la sortie du lagon pour faire un peu de snorkeling. Les fonds sont très riches en poissons et, pour une fois, nous nageons dans des eaux qui peuvent rivaliser avec celles de la Polynésie Française. Les poissons sont très nombreux et de toutes les couleurs.

Peu après, nous stoppons près de la « Viking Cave », une caverne où nichent des hirondelles et où sont prélevés les fameux nids, chers aux soupes chinoises.

Mais alors que nous nous dirigeons en direction d’un nouvel archipel, le ciel s’obscurcit et la pluie se remet à tomber drue. Dans le bateau, nous sommes trempés et commençons à avoir froid. L’horizon est complètement bouché et comme cela semble définitivement fini pour le reste de l’après-midi, nous décidons alors de rentrer prématurément à l’hôtel.
A raison car il pleuvra tout le reste de l’après-midi …

Avec cette excursion, une page se tourne définitivement car ce sera la dernière de notre voyage, tout comme les baignades car demain, nous partons en direction de Bangkok où nous resterons jusqu’à la fin de la semaine avant le grand retour.


En fond, Koh Phi Phi Lei.


Au fond, l’accès à Maya Beach.


L’échelle de corde à escalader.


Maya Bay.


L’entrée du lagon.


Dernières baignades …


La « Viking Cave »


Ça commence à cailler.


Belle attention, non ? Tout le raffinement Thaïlandais.

 


2 Commentaires

du 12 au 14 juillet 2014 : Koh Phi Phi

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/6035477090027612305?authkey=COPP-eH_v5vb9QE

Ces derniers jours s’écoulent doucement dans notre coin de paradis. Ce n’est qu’en ce lundi 14 juillet que nous partons nous promener dans les alentours. Nous découvrons alors un village juste à côté de notre resort : le « Phi Phi Island Village ». Il y a beaucoup de restaurants et de nombreux magasins. Ce village est installé à proximité de la mangrove et est envahi par l’eau à marée montante. Nous découvrons aussi beaucoup de maisons qui n’ont rien de reluisant et qui tranchent avec l’opulence de notre resort.

Nous poursuivons ensuite notre balade dans la forêt jusqu’à une sublime baie : la Loh Lana Bay où la construction d’un nouveau resort semble être abandonnée. Mais à côté de la photo de carte postale que nous avons sous les yeux, il y a aussi une réalité bien moins reluisante : des milliers de déchets plastiques ramenés par la mer parsèment le sable …
Nous terminons notre promenade après un détour vers un cap rocheux pour bénéficier d’une superbe vue sur la baie de notre hôtel.

Sinon, nos journées ne sont rythmées que par la plage, la bronzette, les repas et les massages. Nous savons que c’est bientôt la fin et profitons de tous ces derniers moments ensemble.
Dans nos têtes, la page est quasiment tournée, nous ne sommes pas encore rentrés mais nous ne sommes plus vraiment en tour du monde. C’est clairement le moment du bilan et nous réfléchissons à nos derniers billets.

Comme nous ne sommes plus dans la découverte, nos journées et surtout nos repas nous permettent de retracer l’année et de nous remémorer ensemble les meilleurs moments de cette année incroyable.
Aussi bizarre que cela puisse paraitre, c’est presque comme si nous avions oublié, effacé ces derniers mois ou comme s’ils étaient loin, très loin. C’est parfois même un peu comme si nous avions rêvé tous ces pays, tous ces instants et toutes ces rencontres mémorables. Cette année a tellement été riche et pleine, il y a eu tellement de bons moments et nous avons fait tellement de choses qu’il va falloir un peu de temps pour que tout remonte petit à petit du fond de notre mémoire.

Heureusement, il y a le blog, il nous aura donné du mal mais c’est maintenant que nous en tirons sa « substantifique moelle ». C’est en le parcourant que de nombreux souvenirs reviennent et que nous prenons pleinement conscience de l’année que nous venons de faire et de vivre. Cela nous permet de ressentir des émotions oubliées, de revoir des images effacées, de retrouver des visages.

Après sa victoire à la coupe du monde, le sélectionneur allemand a déclaré : « Pour l’instant, nous avons encore besoin de réaliser. Mais la joie, le bonheur resteront pour toujours ». C’est tout à fait ça !!

Bon sang que cette année fut belle, riche, intense !!


PS : bon anniversaire ma Maman, on arrive !!!


Notre villa cachée dans les arbres.


Bientôt, Chennevières sur mer !!


La mangrove.


Les maisons du petit village.


Dans la Marne, ce sera moins fun !!


4 Commentaires

11 juillet 2014 : Koh Phi Phi Don


Falaises calcaires de Koh Phi Phi Don

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/6035024239515812017?authkey=CO-JwZKkqv7YWg

Koh Phi Phi est un véritable joyau. Quel endroit incroyable dans lequel nous passons notre dernière semaine !!! Et pourtant, c’est une île martyre car c’est ici que le terrible tsunami de 2004 a le plus frappé en Thaïlande. Le village où nous étions hier a été frappé par une vague de 10 mètres de haut causant plus de 5.300 victimes contre 8.000 pour toute la Thaïlande.
Mais tout a été rapidement reconstruit et moins d’un an après, la plupart des infrastructures touristiques étaient opérationnelles. Les touristes ont de nouveau afflué car Phi Phi est non seulement un endroit paradisiaque mais aussi un haut lieu pour la plongée sous-marine.

L’archipel de Koh Phi Phi est composé de trois séries d’îles. Les deux principales sont Koh Phi Phi Don, où nous sommes, et Koh Phi Phi Lei, inhabitée mais qui a servi de cadre au film « la plage » avec Léonardo de Caprio et Virginie Ledoyen.

C’est en début d’après-midi que nous partons à la découverte de Tonsai Bay, là où se trouve la principale ville de l’île. Mais pour y aller, il nous faut prendre un taxi-boat. La houle ne s’est toujours pas calmée, c’est donc au rythme du mouvement des vagues que nous y allons sur un bateau qui semble avoir des problèmes de moteur.
Arrivés au débarcadère, nous découvrons alors le « tombolo », une bande de terre qui sépare les deux baies de l’île. Le tsunami de 2004, passant d’une baie à l’autre y a tout emporté sur son passage. Aujourd’hui, un complexe hôtelier gigantesque est cours en construction.

Nous nous promenons le long d’une rue très commerçante avant d’arriver sur l’autre baie, sur la plage de Long Beach, la plage qui ne dort quasiment jamais. Les bars s’enchainent les uns après les autres et on imagine bien les fiestas qui doivent s’y dérouler toutes les nuits.
Nous nous promenons ensuite dans les rues de la ville et ressentons encore plus le côté festif, ici, c’est vraiment un endroit pour les jeunes !!! Il y a un nombre incalculable de salons de tatouages, de vendeurs de pizza et de salons de massage. Il y a également beaucoup de centres de plongées ainsi que deux « cliniques internationales ».

Je me rends d’ailleurs dans l’une d’entre elles car je me suis réveillé avec une oreille assez douloureuse et comme nous prenons l’avion prochainement, mieux vaut montrer cela à un médecin. On m’annonce la consultation à 1.000 Baths (environ 22 euros), donc ça va, c’est raisonnable. Pour rejoindre le médecin, je dois passer par une petite pièce où deux fêtards se trouvent sous perfusion pour récupérer des excès de la veille …. Le médecin n’a plus d’âge et a d’ailleurs un peu de mal à lire et à entendre !!! Il me diagnostique rapidement une otite externe (qu’Isabelle avait d’ailleurs diagnostiquée aussi) et me prescrit des médicaments. Mais lorsqu’on me présente la facture finale avec les médicaments, on se sent d’un coup un peu arnaqué car la note s’élève à plus de 6.000 baths (plus de 140 euros). Espérons que l’assurance santé prenne ceci en charge …

Nous ressortons pour nous promener encore un peu puis nous rentrons à l’hôtel avec notre boat taxi.

Le resort dans lequel nous sommes est gigantesque et très étendu. Aussi, pour nous ramener à notre villa, il y a des chauffeurs en voiturette électrique, comme on voit dans les golfs, pour nous ramener. Pour ceux de ma génération, ça rappelle aussi le village du « prisonnier », un feuilleton où un ancien agent secret se retrouvait enfermé dans une ville. Il essayait plusieurs fois de s’évader mais une sorte de grosse bulle le rattrapait à chaque fois.
Nous retrouvons alors les enfants en train de flemmarder dans leur chambre.

Le soir, nous n’avons pas de meilleure idée que de regarder un documentaire sur le tsunami avec des témoignages de personnes ayant vécu la catastrophe. Rien de mieux pour mettre le moral dans les chaussettes. Des drames terribles ont frappé de nombreuses familles venues ici passer leurs vacances de Noel. Ça met le moral dans les chaussettes mais ça permet aussi de relativiser et de nous conforter dans notre choix de tout faire pour vivre nos rêves et de profiter de la vie.

 


L’arrivée par la Tonsai Bay.


La Long Beach qui ne dort jamais …


Les rues de Phi Phi.


Les bars de la Long Beach.


Tonsai Bay et ses falaises calcaires.


Les falaises calcaires de Phi Phi.


4 Commentaires

10 juillet 2014 : Koh Phi Phi

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/6034408986336628705?authkey=CNmTqp7V4uPqFw

Nous partons ce matin de bonne heure direction Koh Phi Phi, notre avant-dernière étape.

Nous rejoignons tout d’abord le port d’Ao Nang pour prendre un ferry. Comme souvent en Thaïlande, le bateau part avec du retard. Si le beau temps et la chaleur sont revenus, le vent n’est pas parti et dès la sortie du port, le bateau commence à giter dans tous les sens. La gîte n’est de plus pas très agréable car elle vient de côté …
Après un détour pour aller chercher d’autres passagers venant de la plage de Railey, une sublime plage de sable fin, le bateau reprend sa route et ça devient limite supportable. La houle est forte et le bateau se tortille dans tous les sens. Isa, qui a pris un cachet, a du mal à résister au sommeil quant à Yanou, il ne se sent pas trop bien et nous sortons dehors pour qu’il puisse prendre l’air. Pendant une demi-heure, nous allons prendre des douches d’eau de mer : à chaque fois que l’avant du bateau retombe dans l’eau, il projette une énorme gerbe d’eau et le vent fait le reste. Tant pis, au moins, Yanou se sent bien mieux.

A l’arrivée à Koh Phi Phi, le passage est fabuleux, la mer est turquoise et les montagnes complètent l’impression de carte postale. Nous descendons alors du ferry pour … remonter dans un « long tail » qui nous emmène directement à notre hôtel. Pendant les 30 minutes que durent cette nouvelle traversée, nous longeons la côté parsemée de resorts mais aussi de paillotes beaucoup moins cossues.

Le bateau nous dépose ensuite à même la plage de l’hôtel. Et quel hôtel !!! Notre agence de voyages a bien fait les choses car c’est un vrai paradis !!! En plus, comme l’hôtel a un peu merdouillé au moment de la réservation, on nous annonce avoir été upgradé dans une villa avec piscine privative. Le top. Génial, super mais …. aaaarrgghhh les boules, avec nos « tattoos », il nous est impossible de nous baigner en piscine avant une bonne semaine !!!!

Nous prenons possession de notre sublime villa qui domine la mer. La vue est splendide et le cadre incroyable. Nous sommes ici pour 6 nuits et ce devrait être juste incroyable !!! C’est quand même génial de pouvoir finir sur une telle note.

Pendant le repas, de nouveau, nous essayons de nous remémorer les meilleurs moments de cette formidable année. Et c’est parfois difficile !!! Nous avons fait tellement de choses formidables durant toute cette année mais surtout avec un tel rythme que nous avons parfois du mal à nous rappeler ce que nous avons fait il y a juste un mois.

Le soir, les enfants profitent de la piscine en y faisant même un bain de minuit !!! Pourvu que ça dure …


Départ du port d’Ao Nang.


Dorice, voilà ce que ça fait le gravoil !!


Chicken Island.


Arrivée à notre paradis.


« Notre » piscine.


La fleur officielle de notre TDM : la fleur de frangipanier.