Les Peltier Autour du Monde

Vivre ses rêves plutôt que rêver sa vie


6 Commentaires

11 mai 2014 : de l’ATV à Negros (par Isa)


Dauin – Philippines

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/6012334378881657809?authkey=CJb05La73P3hlAE

Ce matin, nous avons décidé de faire un peu d’activité physique ! Nous partons visiter la campagne environnante en Quad ! Nous voici donc casqués et prêts pour 3 heures de circuit à travers la montagne et la nature. Après un léger briefing par Scott, notre guide, sur la manipulation de ces engins, nous grimpons Chloé et moi sur un de ces bolides tandis que Marc et Yann en enfourchent un autre. Une légère appréhension m’envahit : fais-je réussir à le piloter ???? Moi qui il y a encore quelques jours n’avais jamais conduit de scooter, me voici aux commandes d’un Quad ! Je me concentre et je démarre ! Fantastique, tout se passe bien et au bout de quelques minutes, je commence à me détendre. Pour Marc et Yann pas de problème non plus, les voici fonçant derrière notre guide.

Pendant la première heure de balade, nous allons traverser de nombreux petits hameaux et croiser quelques habitants toujours le sourire aux lèvres. Les habitations sont très sommaires, toutes fabriquées en bambou et en bois. Dans les montagnes, les habitants vivent avec presque rien et la pauvreté est omniprésente. Nous roulons sur des routes qui n’en ont que le nom ! Nos mains agrippent fortement le guidon afin d’éviter au mieux les trous et les cailloux ! En revanche la campagne est magnifique et ses couleurs sont splendides. Nous nous arrêtons dans un petit hameau ou en échange de quelques friandises, les enfants du village nous garderont nos quads.

Nous continuons désormais notre visite à pied jusqu’au lit d’une rivière qui a pour la particularité de contenir du soufre. Nous allons descendre 261 marches (qu’il va falloir remonter !!), tout en traversant une flore luxuriante de bananiers, manguiers et arbres à papaye ! C’est magique, Yann se prend pour un aventurier perdu dans la jungle ! Lorsque nous approchons de la rivière une vive odeur de soufre nous prend aux narines ! Les traces blanches et jaunes près du rivage nous rappellent les sources chaudes de Rotorua en Nouvelle Zélande. L’eau de la rivière est très chaude et souvent les habitants de la région viennent s’y plonger pour soigner leurs douleurs musculaires ! Des enfants aménagent avec des cailloux de petites criques et passent la journée dans l’eau sulfurée. Un typhon a malheureusement détruit il y a quelques années de nombreuses installations comme les bassins d’eaux chaudes et faute d’argent rien n’a été reconstruit.

Nous prenons quelques photos de ce lieu incroyable et nous voici, langue pendante, en train de remonter ces satanés escaliers !!!!

Après une courte pause rafraichissante chez un petit commerçant du hameau, nous remontons chacun sur nos bolides. Devant l’empressement des enfants mais surtout de Yann, notre guide nous autorise à changer de conducteur. Nous voilà donc Marc et moi devenus passagers et nos enfants fiers comme Artaban (pour les anciens : ou comme s’il possédait un bar tabac …), devenus pilotes ! Incroyables, on a l’impression qu’ils ont toujours conduit ! Ils sont tous les deux très à l’aise et feront tout le retour jusqu’à l’hôtel ! Notre guide est vraiment épaté, il trouve les enfants très prudents et me félicite pour ma conduite en me disant que je suis la première femme qui ne s’arrête pas tous les kilomètres parce que quelque chose ne va pas !! (non, il ne voulait pas de pourboire, c’est lui le patron !!!).

L’après-midi, aller-retour à Dumaguete pour aller chercher de l’argent car si la présence d’un ATM est confirmée à Moalboal, notre prochaine étape, son approvisionnement, lui, ne l’est pas.
Comme tous les jours, je retrouve notre chauffeur de tricycle favori, Jimmy, qui va me ramener à l’hôtel. Sur le chemin, nous passons à côté de deux stades remplis jusqu’au plafond et des hurlements en sortent : ce dimanche, il y a des combats de coqs et tous les amateurs de la région se sont retrouvés pour des championnats régionaux. Je prendrais d’ailleurs mon Jeepney à l’aller à côté d’un de ces coqs.

Nous finissons l’après-midi au bord de la piscine. Demain, nouveau changement d’île.

Un petit aparté sur le business aux Philippines. Pour pouvoir ouvrir une affaire aux Philippines, il faut avoir un associé Philippin et, bien souvent, ce sont les conjointes. Pour faire avancer les affaires, un seul moyen : le dessous de table (un peu comme en France d’ailleurs sauf que là tout le monde le fait ouvertement !!!). Ainsi, notre guide de quad nous avouera qu’on lui demandait tout un tas de documents pour pouvoir obtenir sa licence et que finalement tout a été réglé en moins de 10 secondes avec quelques milliers de « roros » locaux …
Il nous indique également qu’aux Philippines, la « gruge » est un sport national, tout est bon à gratter !! Par exemple, il est obligé de choisir sa station d’essence pour avoir le plus d’essence possible car il est ici impossible d’obtenir la quantité d’essence correspondant à ce que l’on paie !! Il y en a toujours un peu moins !! Le but du jeu est donc de trouver la station qui va le moins te gruger …


Isabelle va adorer !! Mais ça va vraiment mal au pouce !!


Toute la famille a apprécié ce bon moment.


La rivière de souffre.


Les enfants se construisent une mini piscine dans la rivière.


261 marches, ouille les cuisses.


Les maisons dans les montagnes.


Yanou va assurer comme un chef et fera tout le chemin retour.


Tout comme Chloé.


Est-il encore vivant après son combat ou a t-il finit dans la casserole ?


La tour de Dumaguete, lieu de culte.


Poster un commentaire

10 mai 2014 : farniente à Negros

Album du jour à voir ici : pas de photos aujourd’hui !!

Ce matin, mis à part pour moi, c’est grasse matinée pour tout le monde. Pourquoi pas moi ? Parce que je me suis mis en tête de passer un nouvel examen de plongée et qu’il me faut tout d’abord obtenir un diplôme de premier secours (l’EFR pour les connaisseurs).

Rendez-vous est fixé à 9h à Dumaguete. Il me faut donc tout d’abord prendre un moyen de transport pour m’y rendre. Différentes possibilités nous sont offertes, toutes aussi cocasses les unes que les autres.

La plus basique, c’est le tricycle dont nous avons déjà maintes fois parlé. A Bohol et Siquijor, on pouvait y tenir à 4 voire 5, ici, ça peut aller jusqu’à seize !!!
Ensuite, il y a le « Easy Rider », une sorte de petit bus, taille combi volkswagen, dans lequel il est possible de s’entasser à 20 voire plus sur deux longues banquettes installées à l’arrière. Et si les banquettes sont pleines, il est possible de rester debout dehors accroché à l’arrière. Et même si cela ne suffit pas, il est même encore possible de s’assoir sur le toit !!
Il y a aussi le « Jeepney », en gros un bus deux fois plus grand que le « Easy rider », on peut donc s’y entasser deux fois plus !!!
Il y a enfin les bus officiels, de vrais bus comme en Europe, tous rutilants et conduits par des fous du volant. Il est possible de monter même lorsqu’il n’y a plus de places assises tout simplement en restant debout dans l’allée …

Pour les « Easy Rider » et les « Jeepney », l’objectif est de remplir le plus possible. Ce matin, dans le Jeepney que j’ai pu prendre, toutes les banquettes étaient blindées, mais un petit banc placé au milieu permet de caser encore un peu plus de voyageurs à l’intérieur … Tout le monde se tasse avec le sourire.

Les tricycles sont les plus économiques et il est possible, et même indispensable pour les non-locaux, de négocier la course. Tout ce que je sais, c’est qu’en donnant 50 pesos (80 cents), les chauffeurs repartaient avec un énorme sourire aux lèvres. Les « Easy Rider » et les « Jeepney » coutent 18 pesos le voyage (30 cents). Quant aux bus, je ne connais pas le tarif.

La circulation est parfaitement anarchique et il ne semble pas y avoir de code de la route. C’est la règle du « premier qui passe » qui est ici appliquée !!! Les passages de carrefours sont hallucinants et j’ai, à ce jour, vu deux techniques : soit c’est « je fonce », soit c’est « je grignote millimètre par millimètre et une fois que l’autre ne peut plus passer, j’y vais » …
Je croise les doigts mais jusqu’à présent, je n’ai pas vu d’accrochages. Tout ceci faisant partie de la culture philippine !!

Sur un autre sujet, une des choses qui nous choque le plus, c’est le nombre de « vieux » occidentaux qui sont avec de « jeunes » Philippines. Est-ce une liaison tarifée temporaire, une liaison de raison ou de l’amour ? Impossible à savoir.
Il est tout aussi fréquent de voir ces « vieux » occidentaux avoir de très jeunes enfants avec ces « jeunes » philippines.
Sans détour, on nous confirmera que c’est une des solutions pour sortir toute une famille de la misère et de s’assurer un avenir. Car l’occidental est vu ici comme un « ATM à pattes » (ATM = distributeur d’argent).

Plus léger. Quasiment tous les philippins parlent anglais et que ce soit dans les villes ou dans les campagnes, leur niveau est généralement excellent. L’école française, avec des moyens incroyablement supérieurs n’a qu’à bien se tenir car malheureusement, pour l’instant, dans ce domaine-ci, elle n’est pas au niveau. Bon, je dis ça, je dis rien … Au moins, l’accent « pourri », ça permet de se repérer entre français !!

L’argent. Aux Philippines, la grande majorité des transactions se fait en espèces, faute de terminal CB. Et ce, même dans ls hôtels ou les restaurants. Si on bouge dans les îles, mieux vaut prendre ses précautions car les distributeurs ne se trouvent, en général, que dans les grandes villes. Les plafonds de retrait sont également limités à 10 ou 20.000 pesos mais il est possible de faire plusieurs retraits les uns après les autres.

Après ces quelques infos philippines, de mon côté, je rentre à l’hôtel avec mon diplôme en poche et nous passons l’après-midi en famille à la piscine, à jouer aux jeux de cartes, à préparer la suite du voyage ou encore à jouer à Subway Surfer nommé jeu officiel de notre tour du monde à égalité avec le jeu de dada et le jeu de l’oie !!


2 Commentaires

9 mai 2014 : Apo Island


Apo Island – Philippines

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/6011693320097352529?authkey=CJOe4uDLs-L-fA

Aujourd’hui petit déjeuner très matinal car nous partons pour la journée sur Apo Island. Cette île est l’un des plus anciens sanctuaires marins Philippins. Pour nous y rendre, nous allons emprunter une magnifique « Banca », un bateau traditionnel Philippin, sur lequel nous allons naviguer pendant 40 minutes. La mer est plutôt calme et le soleil est avec nous.

Chloé et Marc vont effectuer ensemble 2 plongées ce matin sur deux sites différents tandis que Yann et moi, nous sommes déposés sur une plage face à un récif corallien dans lequel il n’est pas rare de voir des tortues de mer. Espérons !!
Débarqués à l’aide d’un petit bateau en bois, qui soit dit en passant prend l’eau … nous nous jetons à l’eau sans perdre de temps. Tubas et masques en place, nous sommes prêts au spectacle ! Et quel spectacle s’offre à nous ! A peine dans l’eau, une tortue majestueuse nage juste à côté de nous. Elle est magnifique et ne semble pas gênée par notre présence. Quelques minutes après, nous en apercevons deux autres en train de manger du plancton au fond de l’eau.
Nous sommes, Yann et moi, enchantés et avons l’impression de rêver tellement cela semble magique. Nous nageons à leur côté et réalisons à quel point nous sommes chanceux de vivre cet instant.

Pendant ce temps, nos deux plongeurs profitent à fond de leur balade aquatique car les fonds marins sont splendides. Beaucoup de choses sont à voir : énormément de coraux de toutes les couleurs mais aussi des poissons, des nudibranches et … encore une fois des serpents !!! Par ailleurs, il se déroule ici un phénomène tout à fait particulier et assez étonnant : une multitude de bulles remontent des tréfonds. Elles sont créées par l’activité volcanique très présente ici. Il y a d’ailleurs sur l’île de Negros, un volcan encore en activité.
Les deux plongées vont durer chacune une grosse heure. A chaque fin de plongée, pendant le stop sécurité (5 mètres, 3 minutes), ils s’entrainent à faire de gros cercles bien ronds avec leur bouche ou leurs mains.

Puis, ils nous rejoignent sur la plage pour le déjeuner.

Après le déjeuner, tout le monde retourne à l’eau pour approcher une nouvelle fois les tortues. Malheureusement, celles-ci étaient plus nombreuses ce matin et nous n’en verrons que quelques-unes. Ne nous plaignons pas, le spectacle reste tellement magique !!

Avant notre retour sur le bateau, Marc, toujours courageux même sous une chaleur écrasante, se décide à monter admirer le phare qui se trouve tout en haut d’une colline. De mon côté, je préfère rester auprès des enfants car je sais que pour gravir cette colline il faudra grimper plus de 325 marches (pas folle la fille !!!!). De tout là-haut, il y a une vue à 360 degrés d’où on peut admirer les îles de Siquijor, de Negros et de Cebu.

A 15h30, le bateau revient nous chercher sur la plage et c’est à la nage que nous décidons de le rejoindre, sauf Chloé qui préférera faire le retour en Barca !! Quel plaisir de faire ces 50 mètres dans une eau à 29 degrés !!!

Au retour, nous avons la chance inouïe de croiser un groupe de dauphins qui, pendant un moment nous offrent des sauts incroyables et font la course avec le bateau ! C’est magique et tout le monde a le sourire aux lèvres !!!

Retour à l’hôtel où fourbus nous nous pressons de manger et d’aller se coucher !!! Ce fut vraiment une belle journée comme on les aime !


C’est parti pour une belle journée bateau.


Au fond, Apo Island.


Prêts !!


Apo Island.


Re.


Une cahute pas très loin du phare.


Les enfants savent ici encore jouer ensemble à des jeux simples.


Magique !!

 


Poster un commentaire

7 et 8 mai 2014 : Negros, Dumaguete (par Isa)


Port de Siquijor – Siquijor

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/6011697231641602305?authkey=CJWlwqzR4Yqa9wE

Mercredi 7 mai. Siquijor, c’est fini. Nous avons adoré notre passage ici et espérons pouvoir y revenir un jour.

Nous reprenons un ferry qui nous amène à Dumaguete, la 4e plus grande ville des Philippines. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le changement est radical. Ville aux 4 universités, Dumaguete est une véritable fourmilière, il y a du monde et des tricycles partout. La circulation est infernale et la pollution importante. Le passage des carrefours est un peu comme de la roulette russe, si ça passe tant mieux !!

Nous sortons de la ville pour rejoindre la ville de Dauin. Notre resort se trouve un peu dans la campagne à une vingtaine de kms de la ville et nous y restons le reste de l’après-midi pour préparer notre séjour sur cette île.

Jeudi 8 mai. Ce matin, après un copieux petit déjeuner, nous prenons le temps de découvrir notre nouvel environnement et surtout nous laissons les enfants profiter d’une grasse matinée !!!

En revanche, notre après-midi est dédiée à la visite de la ville de Dumaguete.

Tout d’abord, nous devons nous mettre à la recherche d’un moyen de transport pour faire les 20 kms qui nous séparent de la ville et ce ne sera pas très facile !!! Ici, impossible de louer un scooter car la circulation est beaucoup trop dense et trop anarchique pour nous, pauvres Européens que nous sommes. Nous décidons donc de nous placer au bord de la route (sur l’avis de notre hôtelier) et de stopper un « Easy Rider », une sorte de bus,  qui, à priori, passe toutes les 15 minutes. Le problème, c’est qu’en fait, il existe des arrêts bien précis et que nous ne sommes pas du tout au bon endroit !! Les « Easy Rider » ne font que passer devant nous en nous klaxonnant mais aucun ne s’arrête !! Nous décidons finalement de bouger de quelques dizaines de mètres et, oh miracle, un véhicule s’arrête enfin !!! Notre voyage va prendre une trentaine de minutes mais petit à petit, la place vient à manquer et nous nous retrouvons serrés comme des sardines jusqu’à notre descente. C’est décidé, le retour se fera en tricycle !!

Notre arrêt se fait au « Mall Robinson », un centre commercial moderne ultra-surveillé par des vigiles en arme. Nous profitons d’un peu de fraicheur et des magasins pendant que Marc se rend chez un ophtalmo pour soigner une petite infection dans une paupière qui l’embête depuis quelques temps. Les boutiques sont simples mais surtout peu chères ! On peut se rhabiller pour pas grand-chose (dommage Chloé !!) mais ce n’est pas notre priorité du jour !

Après le retour de Marc, nous décidons ne nous rendre sur la promenade qui longe le bord de mer. Cinq minutes de tricycle et nous y voici ! La promenade est assez agréable car ombragée, les habitants viennent ici chercher la fraicheur et se détendre. Le soir, on y trouve des tas de petites échoppes qui proposent à manger et à boire. Cet endroit est plutôt reposant au contraire de la ville qui elle, est infernale ! La circulation est plus que dense avec ses centaines de tricycles, de voitures, de jeepney et d’easy riders qui arrivent dans tous les sens ! Le bruit mais surtout la pollution est insupportable, la gorge nous chatouille et le nez nous pique ! C’est donc avec empressement que nous sautons dans un tricycle pour retrouver notre havre de paix !!

Demain, c’est décidé nous partons nous oxygéner pour une journée bateau !!


Les ferrys.


Arrivés à Dumaguete !!


Ca rappelle un peu le métro, non ? Le dépaysement mis à part.


Les tricycles, les taxis philippins.


Les échoppes.


Il reste encore de la place … sur le toit !!! Et en plus, c’est sérieux.


Poster un commentaire

6 mai 2014 : dernier jour à Siquijor


Coco Grove Resort – Siquijor

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/6010292611759491041?authkey=CMXOvPPD9rLUNg

Après l’Océanie et son rythme trépidant, nous apprécions chaque jour un peu plus notre séjour Philippin. Nous la « jouons cool » sans aucun sentiment de culpabilité !!! Nous profitons de la vie tout simplement dans un cadre paradisiaque et une atmosphère idéale.

Ce matin, je repars avec Yanou voir notre guérisseur. Moi, pour ma paupière qui a décidé de gonfler sans autorisation et Yann pour un eczéma récalcitrant. Nous avons de nouveau droit au même cérémonial à savoir un peu d’huile magique et une sorte de prière incompréhensible. Tout comme pour Isa, nous n’avons plus le droit ni au poulet, ni aux œufs.

Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons pour prendre quelques photos du bord de mer qui est absolument sublime. Tout est là : les teintes de bleues dont le turquoise, le sable blanc, les palmiers, le décor, … Idyllique.

De retour à l’hôtel, c’est parti pour une bonne heure de baignade avant le déjeuner dans une mer à 30 degrés. Et accrochez-vous car le rythme de l’après-midi va être tout aussi trépidant !!!

De mon côté, je repars pour une plongée où je vais de nouveau découvrir de nouveaux animaux aquatiques dont il m’est impossible de retenir le nom mais aussi pouvoir en admirer de plus connus dans leur environnement naturel. Tels deux races distinctes d’hippocampes et un magnifique couple de poisson-lion qu’il vaut mieux laisser tranquille sous peine de piqure douloureuse … Plus impressionnant, nous sommes à 15 mètres de profondeur et un serpent de près de deux mètres passe à quelques mètres de nous.
Les fonds marins philippins sont superbes, beaucoup de coraux et quasiment pas de déchets. Les poissons sont abondants même s’il est extrêmement rare d’en voir de gros. C’est une bonne surprise et les plongeurs de tout niveau trouvent largement de quoi faire.

« Epuisé » par cette plongée (!!!), je me ressource dès mon retour sur la table de massage pour une heure de bonheur … pendant ce temps Isa et Chloé se font faire manucure ET pédicure. Bilan : 500 pesos pour moi (8 euros) et 600 pesos pour les filles (moins de 10 euros).

Pendant qu’Isabelle rédige le billet d’hier sur un transat près de la piscine, par chance, elle échappe, pense t’elle, à la chute d’une noix de coco qui tombe juste à quelques centimètres d’elle avec un bruit assez impressionnant. Tiens, bizarre, la noix de coco s’en va en louvoyant … c’est en fait encore une fois un serpent (peut être le même qu’hier?) qui vient de tomber du haut de l’arbre !!! Ouf !!!

Après cette journée épuisante (!!!), nous reprenons des forces une dernière fois dans notre restaurant habituel. Demain, nouveau changement d’île, nous quittons Siquijor qui, de l’avis général, est la plus belle île des Philippines et celle où il y a le moins de trafic.


« No problemo ».


La beauté des plages philippines.


Un poisson lion.

Un hippocampe.


Notre restaurant du soir.


2 Commentaires

5 mai 2014 : douceur de vivre à Siquijor (par Isa)


Siquijor – Philippines

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/6010294761484681185?authkey=CKmH1NuhlaeKPg

Après notre habituel et délicieux petit déjeuner au bord de la mer (enfin la photo, cf plus bas), nous enfourchons notre bolide à deux roues pour la première mission de la journée : trouver un distributeur d’argent !!! Mission délicate mais pas impossible, car après recherches, nous découvrons qu’il n’existe sur l’ile qu’un seul distributeur acceptant la carte Visa et celui-ci se trouve de l’autre côté de l’île, à Larena, environ à 30 km de notre hôtel !!!

Mais avant d’arriver sur Larena, nous avons prévu de rendre visite à un guérisseur local. Le nom de ce guérisseur nous a été communiqué par plusieurs Philippins et celui-ci semble assez réputé dans la région. Réputé et parfois même craint car on ne sait jamais la limite entre guérisseur et sorcier ici …
Comme il faut bien un cobaye je me lance !!! Bon ok je vais bien trouver quelque chose qui ne tourne pas rond dans mon corps !! Les personnes qui me connaissent bien, savent que j’ai une petite faiblesse au niveau du ventre. Autant dire qu’il est mis à rude épreuve en Asie avec toutes ses épices et autres piments !! C’est donc l’esprit ouvert que je me remets entre ses mains. Très simplement, il effleure mon ventre d’une potion « magique » et me souffle quelques incantations sur le visage. Je ne sais sur le moment s’il faut rire ou être sérieuse, mais je me dis que cette personne est très estimée sur cette île et qu’il soigne de très nombreux malades. Donc je prends le parti de respecter son travail et son don. Avant de le quitter, il m’interdit de manger ni poulet, ni œuf pendant 8 jours. De plus, tous les soirs, je dois m’enduire le ventre de cette même potion et prendre une infusion faite à partir de deux morceaux de bois qu’il nous donne et ce, pendant plusieurs jours. Je n’ai de toute façon rien à perdre et c’est confiante que nous reprenons la route !!
Avant de partir, il nous demande de ne rien dire de notre visite aux « anciens » car ceux-ci les prennent souvent pour des sorciers …

Après 3 quart d’heure de route entrecoupée de pauses photos, nous arrivons enfin à Larena.

Larena est une ville très commerçante avec ses vendeurs de motos et ses boutiques de bric et de broc. Après un petit tour de ville, nous trouvons enfin notre sésame : le distributeur d’argent !! Nous prions pour que celui-ci ne soit pas vide et soulagement l’argent y coule à flot (enfin pas le nôtre !!!).
Pendant que Marc s’occupe du retrait, j’en profite pour faire recoller mes sandales qui commencent à souffrir de ces 10 derniers mois de marche ! Je trouve au coin d’une rue un petit artisan qui, pour la modique somme de 50 Pesos soit 80 centimes d’Euros, me recolle soigneusement mes chaussures !! Avis aux cordonniers Français !!!

Retour vers l’hôtel avec encore quelques pauses photos. Et c’est complétement fourbus que nous arrivons et retrouvons les enfants enfin réveillés !! Pour nous rafraichir, nous allons tous plonger et déjeuner au bord de la piscine ! Pour les enfants et moi, cette après-midi, c’est relax : piscine, bronzette et lecture !!!

Pendant ce temps, Marc est parti plonger. Un peu dubitatif au début car on lui a dit qu’il allait plonger sur une plaine de sable, il en revient émerveillé car il a vu des poissons et des invertébrés dont il ignorait complètement l’existence !! Parmi les poissons les plus étonnants, il y a notamment un couple de « Frogfish », l’un blanc, l’autre jaune qui était parfaitement dissimulé dans des coraux. Il verra également un superbe poisson dragon et des poissons aux capacités de camouflage incroyable tel ce poisson que l’on pourrait confondre avec un bout d’algue … Avis aux amateurs, la plongée aura duré 72 minutes !!! De plus, bonheur des eaux de Philippines, pas besoin d’enfiler une combinaison qui vous compresse de partout, seul un « licra » suffit.

Au retour de la piscine, Chloé et moi approchons de notre chambre et je sens le sol se dérober sous mes pieds, je baisse les yeux et je découvre avec horreur que je suis en train de marcher sur un serpent !! Me voilà hurlante et gesticulante, surprise par cet intrus ! Je ne sais si celui-ci est dangereux ou pas mais mon cri de castafiore l’a, à priori, fait fuir et c’est tant mieux !!

Le soir, nous partons diner à notre resto habituel. Les appareils électroniques de tous genres sont interdits à table (par nous, pas par les restaurant !!), la discussion est donc enjouée et animée.

Encore une belle journée sous le soleil des Philippines. Nous nous faisons la réflexion que la Nouvelle Zélande, pour laquelle nous avions eu un coup de cœur, n’est quand même finalement pas au niveau de ce que nous vivons ici. Les Philippines, c’est vraiment top !!

Vivement demain !!!


Depuis le temps qu’on vous parle de notre petit-dej’ face à la mer …


Notre guérisseur.


La ville de Larena.


Les banques sont sous bonne garde ici …


Le cordonnier d’Isa.


Splendide Philippines.


Un petit tour de scooter avec Yanou.


Scène de la ville courante.


Le poisson dragon.


Des poissons clowns, il y en a partout ici.


Poster un commentaire

4 mai 2014 : découverte de Siquijor (par Isa)

Album du jour à voir ici : https://plus.google.com/photos/102219318331179331070/albums/6010304243162722913?authkey=CNK8gt6Voui9PQ

Tout comme hier, nous commençons notre journée tranquillement par un bon petit déjeuner sur le sable face à la mer. Ce matin, il fait déjà très très chaud et nous partons donc en direction de la piscine pour y trouver un peu de fraicheur. Après avoir lézardé en famille toute la matinée, nous décidons de faire une petite excursion de trois heures dans les principaux points touristiques de l’ile.

Nous voici donc dans un Jeepney de 9 chevaux !! Pas 9 chevaux DANS le moteur mais SUR le moteur !! (cf photo).

Notre premier arrêt se fait devant un magnifique Banyan Tree (balate en philippin) qui date de plus de 400 ans. Ces arbres, plus que centenaires, sont craints par la population car ils sont présumés être remplis des esprits de leurs ancêtres. Il y a encore peu de temps, les Philippins refusaient de s’en approcher par peur.
Au pied de cet arbre, une source d’eau fraiche coule et se déverse dans un bassin un peu particulier : on y trouve en effet de nombreux petits poissons nettoyeurs qui nous picorent les pieds lors d’une séance de Fish Spa !! Chatouilles assurées !

Pour notre deuxième arrêt, nous visitons l’église et le couvent St Isidore à Lazi. Cette église a été construite par les Espagnols en 1884 et est faite majoritairement de bois. Le parquet est encore d’origine et lui donne un cachet très particulier. En revanche, le manque d’argent pour l’entretenir est flagrant et d’ici quelques années il ne restera plus grand-chose.
Le couvent, lui, est le plus grand et le plus vieux d’Asie et est désormais reconvertit en musée. Lors de cette visite, nous sommes toujours entourés de nombreux enfants sourires aux lèvres !!!

Notre dernier arrêt se fait aux Cambugahay Waterfalls. Après la descente de plus de 200 marches (qu’il faudra remonter !!), nous découvrons trois niveaux de cascades magnifiques où de nombreux habitants se retrouvent pour pique-niquer et se baigner. Certaines femmes en profitent même pour laver leur linge ou leurs cheveux !! C’est un lieu très convivial et chaleureux ! Nous décidons donc nous les filles de nous baigner tranquillement tandis que les garçons effectueront des sauts de plus de trois mètres de haut du bord des cascades !!! Cet endroit est magique et tout le monde a le sourire aux lèvres !!!

Pendant ces trois heures de balade, nous découvrons aussi les paysages, et les campagnes font souvent la place à la culture du riz, en plein champ ou parfois en terrasse. Quant aux habitations, la plupart du temps fabriquées en bois avec des toits en tôles, elles ne sont généralement pas finies et on comprend mieux pourquoi les typhons et autres catastrophes naturelles font autant de dégât. La vie des philippins semble sans fioriture et entrecoupée de joies simples comme se baigner dans les rivières ou faire du basket, le sport national ici.

Cette ballade en Jeepney était franchement très sympa bien que l’odeur des gaz d’échappement ne nous ait pas lâché de tout le voyage !!!


Notre « 9 chevaux » du jour.


Le fish spa.


Le banyan tree de 400 ans.

Maison en bois typique du centre de l’île.


Le couvent St Isidore.


L’église St Isidore.


Et son parquet en bois d’origine.


Les chutes d’eau.


Yanou va adorer.


Il y a ici aussi des rizières en terrasse.